Comédiens : la galère d’un métier passion

Le métier de comédien fait rêver, pourtant, pas facile de décrocher un rôle. Les débutants doivent faire face à une féroce concurrence. 

FRANCE 2

Pas facile d’être comédien. Le métier est convoité, précaire mais fait toujours rêver. Pour décrocher un rôle, il faut s’accrocher et garder espoir. "Je sais qu’à plus ou moins long terme, j’arriverai là, explique Jérémie Chanas, jeune comédien, en tapotant sur la scène. En attendant je contrôle les billets", ajoute-t-il, résigné, au micro de France 2. Un petit boulot qui l’occupe 30 heures par semaine, pour 1 000 euros par mois. Une somme qui lui permet de payer les études de théâtre, 3 000 euros l’année.

"Un mauvais mois c'est en dessous du Smic"

La situation est tout aussi compliquée pour Sophie Imbeaux, 27 ans et trois ans de cours Florent. Malgré cette formation prestigieuse, elle cumule les petits boulots. Elle intervient notamment dans une pièce pour enfants, dont le cachet dépendra du nombre de spectateurs présents. Le soir, elle donne des cours de théâtre, payés 60 euros les deux heures. "Un bon mois c’est au-dessus du Smic, un mauvais, c’est en dessous", conclut-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT