"Pour les recruteurs, 60 ans, c'est la fin d'un parcours professionnel" : comment les seniors restent discriminés sur le marché du travail

Alors que le gouvernement réfléchit à repousser l'âge du départ à la retraite, seulement un senior de plus de 60 ans sur trois travaille, selon l'association Solidarités nouvelles face au chômage, qui publie jeudi son rapport annuel. 

Des personnes âgées participent à un cours d\'informatique, le 28 janvier 2019 à Lucerne, en Suisse.
Des personnes âgées participent à un cours d'informatique, le 28 janvier 2019 à Lucerne, en Suisse. (MAXPPP)

"Les recruteurs veulent des gens compétents et jeunes ; 60 ans, pour eux, c'est la fin d'un parcours professionnel." Le constat de Bernard*, sexagénaire et en recherche d'emploi, est sans appel. Alors que la réforme des retraites en préparation incite les seniors à travailler plus longtemps, ces derniers se retrouvent dans une situation "extrêmement paradoxale", relève l'association Solidarités nouvelles face au chômage, qui publie son rapport sur le chômage et l'emploi, jeudi 19 septembreD'un côté, ils sont appelés à reporter l'âge de leur départ à la retraite et, de l'autre, ils sont confrontés à la défiance des employeurs, tant pour l'embauche que pour le maintien dans l'emploi.

L'obstacle de la "séniorité" 

Selon l'enquête de l'association, l'âge reste le principal handicap des seniors sur le marché de l'emploi. Pour la majorité des employeurs, la "séniorité" s'atteint à 50 ans, voire 45 ans. Comme pour Bernard, 34% des personnes en activité déclarent avoir été confrontées à des discriminations liées à l'âge.

Les recruteurs ont beaucoup d'a priori sur les seniors, comme le manque d'adaptabilité. Depuis 2008, faute de CDI, j'enchaîne les missions d'intérim plus ou moins longues. J'ai connu beaucoup d'entreprises différentes et je me suis toujours adaptée. Je considère même que l'adaptabilité fait vraiment partie de mes compétences. Mais les préjugés sont tenaces.Isabelle, 51 ans, en recherche d'emploiRapport sur l'emploi et le chômage

Pour les recruteurs comme pour les employeurs, l'âge serait synonyme de "difficultés à être managé ou à intégrer une équipe plus jeune", de "résistance au changement" ou encore d’une "faible capacité d'adaptation aux nouvelles technologies". Or, selon l'association, près de 9 seniors sur 10 se déclarent prêts à changer de fonction, 8 sur 10 sont disposés à une mobilité géographique et les trois quarts accepteraient de revoir leurs prétentions en matière de rémunération.

Un senior sur quatre travaille à temps partiel 

Le taux d'activité, de 66,5% pour la tranche d'âge des 50-64 ans, chute de plus de la moitié passé la barre des 60 ans. En 2018, seulement 33% de la classe d'âge des 60-64 ans étaient en activité. Soit une quinzaine de points en dessous de la moyenne européenne. 

Quand ils travaillent, les seniors, de 55 ans et plus, sont fortement touchés par la précarité, à l'instar de Florence*, 56 ans et en recherche d'emploi. Sur cette tranche d'âge, environ un senior sur quatre travaille à temps partiel, soit 25,5%. 

Il me reste à peu près dix ans d'activité professionnelle pour avoir ma retraite à taux plein. C'est une très grosse angoisse, car le temps passe et mon chômage dure et je ne trouve que des petits boulots, de courte durée et qui n'ont souvent rien à voir avec mes expériences.Florence, 56 ans, en recherche d'emploiRapport sur l'emploi et le chômage des seniors

"Les seniors ne sont pas ou peu accompagnés au cours de leur deuxième partie de carrière, explique à franceinfo Jean-Paul Domergue, qui a dirigé le rapport. Ils sont même démotivés et se désengagent de leur carrière. Ce qui les conduit à accepter un arrangement dans le cadre d'un départ anticipé."

Les ruptures conventionnelles pour les seniors sont symptomatiques de cette "quasi-maltraitance des seniors au travail", selon Jean-Paul Domergue. Elles représentent 25% des fins de contrat à durée indéterminée pour les salariés entre deux et trois ans avant l'âge légal de la retraite, mais seulement 16% des fins de CDI pour l'ensemble des salariés.

Chers à l'embauche et peu rentables à former  

Autre enseignement du rapport : les employeurs recrutent peu les seniors car ils ont la réputation de coûter cher. C'est même le premier frein, comme l'a remarqué Christine*, 55 ans, en recherche d'emploi. "J'ai baissé mes prétentions salariales de 10 000 euros annuels. Malgré tout, j'ai le sentiment d'arriver en bout de course. Or, j'ai encore sept années de travail devant moi." 

Le préjugé lié à leur âge réduit également les chances de formation des seniors. Pour ces derniers, comme pour les employeurs, la formation est souvent perçue comme un investissement "improductif" en raison du temps d'activité présumé trop limité qu'il leur reste à accomplir. Or, elle est essentielle pour le maintien dans l'emploi des seniors. Mais moins de la moitié des 55-59 ans y ont accès, avec un taux de 39,6%. Ce pourcentage chute à 34,4% au-delà de 60 ans, alors qu'il oscille entre 50% et 60% pour toutes les tranches d'âge de 25 à 49 ans. 

Les seniors, des chômeurs de longue durée 

Cet âgisme – la discrimination fondée sur l'âge – fragilise les seniors et les expose davantage à un licenciement ou à une fin de contrat de travail. Ils sont de plus en plus nombreux à pousser la porte de Pôle emploi. Sur ces trois dernières années, la progression des inscriptions des seniors à la caisse d'allocations chômage est deux fois plus importante que celle des jeunes, avec plus de 12% par an.

Même si le taux de chômage des seniors reste inférieur à celui de l'ensemble de la population active, avec 6,1% contre 8,5%, leurs périodes de chômage sont plus longues. Ils restent en moyenne inscrits à Pôle emploi trois fois plus longtemps que les jeunes avec 673 jours, contre 211 pour les moins de 25 ans et 404 jours pour les 25-49 ans.

Plus de la moitié des 50 ans et + sont concernés par le chômage de longue durée (58%), contre 42% pour les 25-49 ans. 

Lorsqu'on recherche un emploi, on sent que le marché n'est pas propice aux seniors. Rien qu'à la lecture des offres : la plupart demandent deux à cinq ans d'expérience sur un poste similaire. Quand on a trente ans d'expérience, on se demande s'il y a encore de la place pour nous.Olivier, 56 ans, en recherche d'emploiRapport sur l'emploi et le chômage des seniors

Les auteurs du rapport sont persuadés que la réforme des retraites ne pourra se faire sans une véritable politique publique en faveur de l'emploi des seniors. Une des premières solutions à mettre en œuvre, selon eux, serait la création d'un contrat de travail aidé pour favoriser le retour à l'emploi des seniors. Car pour Jean-Paul Domergue, "tout le monde, recruteur comme employeur, doit avoir à l'esprit qu'il faut maintenir l'employabilité des seniors. Et eux-mêmes doivent se convaincre de continuer leur carrière." 

*Les témoignages cités dans l'article ont été extraits du rapport de l'association, qui accompagne depuis 1985 des chercheurs d'emploi.