Le décret encadrant les règles de la réforme de l'assurance-chômage ne sera pas publié avant le 1er juillet, selon le ministère du Travail

Les règles actuelles encadrant l'assurance-chômage sont valables jusqu'au 30 juin et un nouveau décret est indispensable pour les prolonger. Mais celui-ci ne sera pas publié d'ici lundi, alors que le week-end est marqué par une période de réserve électorale en raison des législatives.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Une femme dans une agence France Travail, le 23 avril 2024 à Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne). (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Le décret encadrant la réforme de l'assurance-chômage ne sera pas publié comme prévu avant le 1er juillet, a annoncé vendredi 28 juin à l'AFP le ministère du Travail, alors que le week-end est marqué par une période de réserve électorale en raison du premier tour des élections législatives, dimanche. "Le décret sera pris dans les tout prochains jours pour faire en sorte que les chômeurs continuent à être indemnisés", mais pas durant le week-end, a-t-on assuré au ministère du Travail, sans fournir de précision sur une date exacte.

Les règles actuelles encadrant l'assurance-chômage sont valables jusqu'au 30 juin et un nouveau décret est indispensable pour les prolonger. Le texte attendu de la part du gouvernement, dont les dispositions ont été soumises pour avis au Conseil d'Etat, doit d'abord prolonger les règles existantes jusqu'au 30 novembre, puis mettre en œuvre la réforme de l'assurance-chômage décidée par l'exécutif à compter du 1er décembre.

Cette réforme, décriée par les syndicats, réduit la durée maximale d'indemnisation de dix-huit à quinze mois pour les personnes âgées de moins de 57 ans. Il faudra aussi avoir travaillé huit mois sur les vingt derniers pour être indemnisé, contre six mois sur vingt-quatre actuellement. Le Premier ministre, Gabriel Attal, avait assuré le 13 juin que le nouveau décret serait pris "d'ici au 1er juillet". Interrogé par l'AFP, France Travail n'a pas souhaité s'exprimer.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.