INFO FRANCEINFO. Plus d'un Français sur deux a déjà accepté un emploi qui ne lui correspond pas pour sortir du chômage

Selon la deuxième vague du baromètre de l'association Solidarités nouvelles face au chômage que franceinfo révèle mardi, 55% des personnes en recherche d'emploi ou ayant recherché un emploi ont fait des concessions pour retrouver un travail. 

Selon le baromètre de l\'association Solidarités nouvelles face au chômage que franceinfo révèle le 12 mars 2018, 55% des personnes en recherche d\'emploi ou ayant recherché un emploi ont fait des concessions pour retrouver un travail. 
Selon le baromètre de l'association Solidarités nouvelles face au chômage que franceinfo révèle le 12 mars 2018, 55% des personnes en recherche d'emploi ou ayant recherché un emploi ont fait des concessions pour retrouver un travail.  (JESSICA KOMGUEN / FRANCEINFO)

"Les gens sont prêts à tout pour sortir du chômage", tranche Vincent Godebout, délégué général de l'association Solidarités nouvelles face au chômage (SNC), qui accompagne 4 000 demandeurs d'emploi. Selon la deuxième vague du baromètre sur le chômage et ses impacts*, réalisée par OpinionWay pour son association que franceinfo publie en exclusivité, mardi 12 mars, plus d'un actif sur deux (55%) s'est déjà trouvé dans la situation d'accepter un emploi qui ne lui correspondait pas vraiment pour sortir du chômage.

>> Impact sur la santé, critique de Pôle emploi... Ce qu'il faut retenir du baromètre sur le chômage de l'association SNC

Les sondés sont ainsi prêts à faire des concessions dans plusieurs domaines et en premier lieu, sur la rémunération : 42% d'entre eux assurent ainsi avoir revu leurs ambitions salariales à la baisse tandis que 39% ont fait des concessions sur la nature du travail, sous-qualifié par rapport à leurs compétences.

"Il n'y a pas de sens à mon travail"

C'est le cas de François*, un manager de 47 ans. Licencié après un plan de sauvegarde de l'emploi en 2016, il effectue une formation pour se reconvertir dans le médico-social. Mais, ne trouvant aucun travail dans ce secteur, il se voit contraint d'accepter, il y a an et demi, un poste de "simple acheteur dans l'industrie". Résultat : il gagne 40% de moins que son ancien salaire "pour un degré de responsabilité et d'intérêt proche de zéro". "Il n'y a pas de sens à mon travail. Certains matins, il est très difficile de trouver la motivation nécessaire", raconte-t-il.

Aujourd'hui, je travaille sous la responsabilité de personnes qui auraient pu être sous mes ordres, c'est rageant.François*, 47 ansà franceinfo

D'autres ont fait des concessions sur le secteur d'activité qui ne correspondait pas à leur formation (39%), ou encore le type de contrat (37%).

C'est l'exemple typique du passage du 'je ne cherchais qu'un CDI', qui est toujours perçu comme le Graal, à 'je suis prêt à prendre un CDD, voire des CDD de courtes durées.'Vincent Godebout, délégué général de l'association SNCà franceinfo

Christine, 49 ans, est dans cette situation. Cette ancienne analyste marketing enchaîne les contrats courts depuis dix ans à des postes d'assistantes commerciales. Depuis quelques jours, elle vient de commencer un master spécialisé en e-commerce et en marketing digital. "J'en avais marre d'enchaîner les missions, marre d'être assistante. C'est un gros investissement mais c'est très motivant", relate-t-elle à franceinfo.

Enfin, 35% des actifs ont fait des concessions sur les conditions de travail offertes, comme les horaires, tandis que 21% d'entre eux ont accepté de revoir leurs critères sur la situation géographique de leur emploi.

"Les méthodes de recrutement doivent évoluer"

"Si les personnes sont prêtes à faire de telles concessions, il faut que l'on réfléchisse aux relations entre les recruteurs et les futurs recrutés. Il faut réinterroger les processus de recrutement", estime Vincent Godebout. Pour le délégué général de SNC, "les méthodes de recrutement doivent évoluer". En clair, il ne faut plus être seulement dans la lecture du sacro-saint CV et l'analyse des compétences, mais aussi pouvoir détecter le potentiel de chaque personne, notamment via les méthodes agiles.

Autre enseignement à tirer, selon Vincent Godebout : le développement des formations pendant la période de chômage, mais aussi pendant la période de prise d'emploi. "Notamment pour les gens qui changent de secteur d'activité, il faut imaginer des périodes de formation sur les nouveaux postes, sous réserve que les contrats ne soient pas ultra-courts", précise Vincent Godebout.

* "Baromètre SNC-septembre 2017 – Comisis / Opinion Way". L'étude a été réalisée du 5 au 21 mars 2018 auprès de 2 135 personnes. L'échantillon est représentatif de la population des actifs de 18 ans et plus, hors retraités et hors inactifs. L'échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, de sexe, catégories socioprofessionnelles, après stratification par régions et par catégories d'agglomération.

* Son prénom a été modifié à sa demande.