Assurance-chômage : "Tout ce qui est dans l'accord aujourd'hui va être agréé", assure la secrétaire générale de la CFDT

Publié
Durée de la vidéo : 9 min
Marylise Léon, secrétaire générale de la CFDT, était l'invitée des "Quatre Vérités" sur France 2, mardi 28 novembre.
Assurance-chômage : "Tout ce qui est dans l'accord aujourd'hui va être agréé", assure la secrétaire générale de la CFDT, Marylise Léon Marylise Léon, secrétaire générale de la CFDT, était l'invitée des "Quatre Vérités" sur France 2, mardi 28 novembre. (France 2)
Article rédigé par France 2 - T.Sotto
France Télévisions
Marylise Léon, secrétaire générale de la CFDT, était l'invitée des "Quatre Vérités" sur France 2, mardi.

Le gouvernement a décidé lundi de ne pas valider, en l'état, la nouvelle convention d'assurance-chômage négociée entre les partenaires sociaux. Matignon estime qu'il reste une "incertitude" concernant la prise en compte des conséquences du recul de l'âge de départ à la retraite sur l'évolution des règles d'indemnisation des seniors. Invitée des "Quatre Vérités" sur France 2, mardi 28 novembre, la secrétaire générale de la CFDT a déclaré "ne pas penser" que le gouvernement "retoque l'accord".

"Il veut avoir plus d'éléments sur les questions des seniors. C'est-à-dire que tout ce qui est dans l'accord aujourd'hui va être agréé", a assuré Marylise Léon. "Ça ne fait que reporter de quelques mois les mesures qui ont été décidées", a-t-elle poursuivi, indiquant qu'il est à présent "l'heure de se parler".

L'idée de réduire la durée d'indemnisation des plus de 55 ans

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a annoncé vouloir aligner la durée d'indemnisation du chômage des plus de 55 ans sur celle des autres, ce qui correspondrait à une réduction de leur durée d'indemnisation. Marylise Léon précise que le sujet a été abordé "dans le cadre de la dernière négociation sur l'assurance-chômage" et qu'"une négociation sur l'emploi des seniors" va être ouverte. Pour elle, "il est hors de question de toucher à quoi que ce soit tant qu'on ne sait pas ce à quoi les entreprises sont prêtes à s'engager pour le maintien de l'emploi." "Les discussions doivent s'ouvrir, et elles sont certainement un peu plus compliquées qu'un simple alignement de règles", a ajouté Marylise Léon.

Interrogée également sur l'idée d'Elisabeth Borne de restreindre les ruptures conventionnelles, la secrétaire générale de la CFDT s'est dite "prête à en parler, si on ne s'arrête pas à uniquement vouloir coller une rustine ou contraindre les salariés à rester coûte que coûte dans un emploi qui ne leur convient pas, et qui ne convient pas non plus à l'employeur".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.