Retraite anticipée : tous logés à la même enseigne ?

Avec la réforme des retraites et le régime à points, la retraite anticipée pourrait toujours être possible, mais les mêmes règles seront appliquées dans le privé et dans le public.

FRANCE 2

Infirmiers, aides-soignants, puéricultrices... Plus de 400 000 agents de la fonction publique risquent de perdre leur droit à la retraite anticipée. Aujourd'hui, ces fonctionnaires de catégorie active peuvent partir à la retraite à 57 ans, contre 62 dans le privé. Mais avec la réforme des retraites, le gouvernement veut mettre fin aux différences de régime. L'âge de départ serait de 62 ans pour tout le monde, avec prise en compte de la pénibilité. Marielle Lagaye, aide-soignante, juge cependant que son métier, qui implique du travail de nuit, est beaucoup trop fatiguant pour partir à la retraite après 57 ans.

La pénibilité prise en compte

Le haut commissaire aux retraites se veut rassurant : la pénibilité sera prise en compte comme dans le privé. Les horaires de nuit, le travail posté ou le travail répétitif pourraient faire baisser l'âge de départ à la retraite à 60 ans. Une mesure insuffisante pour les syndicats. D'autres professions ont droit à la retraite anticipée, comme les surveillants de prison ou les contrôleurs aériens. Pour l'instant, seules les professions régaliennes comme les policiers et les gendarmes conserveraient ce droit.

Le JT
Les autres sujets du JT
Après un an et demi de discussions, le haut-commissaire à la réforme des retraites devrait rendre ses préconisations en plein été, le 18 juillet. 
Après un an et demi de discussions, le haut-commissaire à la réforme des retraites devrait rendre ses préconisations en plein été, le 18 juillet.  (JOEL SAGET / AFP)