Maladie : l'employeur mis à contribution ?

Le gouvernement souhaite que les employeurs soient mis à contribution dans la prise en charge des arrêts maladie de courte durée. Une idée que le patronat n'apprécie pas.

Voir la vidéo

La ministre de la Santé Agnès Buzyn l'a confirmé lundi 13 août : les entreprises pourraient payer une partie des arrêts maladie de courte durée. Si elle ne confirmait pas cette hypothèse il y a encore quelques semaines, la ministre justifie désormais la mesure en pointant du doigt la responsabilité des entreprises. "Les arrêts malades de courte durée augmentent fortement. [...] Si les raisons sont liées à une hausse de la pénibilité psychologique, les entreprises ont un rôle à jouer", a-t-elle déclaré dimanche dans les colonnes du JDD.

900 millions d'euros d'économie

Aujourd'hui, pour un arrêt maladie de huit jours, les trois premiers jours, appelés "carence", ne sont pas payés. Les cinq jours restants sont pris en charge par l'assurance maladie. Avec cette mesure, les entreprises pourraient payer quatre jours, ce que le patronat juge "injuste". L'objectif du gouvernement de faire faire 900 millions d'euros d'économie à la Sécurité sociale. Le sujet pourrait être abordé début septembre.

Le gouvernement envisage de faire payer aux employeurs les arrêts maladie de moins de huit jours de leurs salariés.
Le gouvernement envisage de faire payer aux employeurs les arrêts maladie de moins de huit jours de leurs salariés. (BOUTRIA LUC / MAXPPP)