La Poste : le suicide, nouveau fléau chez les facteurs

En deux ans, près de 50 salariés de La Poste se seraient suicidés à cause de leurs conditions de travail. Plusieurs facteurs dénoncent des cadences infernales. La famille d'une victime a accepté de témoigner dans le 13 Heures.

France 2

Un drame a récemment brisé une famille. Charles Griffond, 53 ans et père de deux enfants, était un facteur à l'ancienne. Il aimait prendre le temps de discuter en chemin, et faire sa tournée déguisé en père noël chaque 24 décembre. "Depuis son contrôle en 2014, ils lui ont dit : 'Monsieur Griffond, vous avez mis trop de temps'. Ça a commencé et puis après ils lui ont remis 250 boites en plus et il a pété les plombs", déplore son père.

La Poste, une "machine de guerre"

Le 17 juillet 2016, Charles Griffond se suicide en laissant une lettre pour expliquer son geste. "Il avait l'impression d’être une machine qui distribue le courrier sans aucun sentiment, sans rien du tout. La Poste, c'était vraiment devenu une machine de guerre", ajoute sa sœur. Augmenter les cadences de travail, c'est une volonté de La Poste. Avec l'arrivée d'internet et des e-mails, le volume de courrier postal s'est effondré, avec -50% en 10 ans. Face à cette baisse, l'entreprise veut augmenter la productivité de ses employés, avec des tournées rallongées.

Le JT
Les autres sujets du JT
La façade d\'un bureau de poste à Toulouse (Haute-Garonne), le 4 avril 2019. (illustration)
La façade d'un bureau de poste à Toulouse (Haute-Garonne), le 4 avril 2019. (illustration) (PASCAL PAVANI / AFP)