France Télécom : l’ancienne direction au tribunal

L’ancienne direction de France Télécom est renvoyée en correctionnelle pour ses méthodes de gestion du personnel lors de la privatisation de l’entreprise. À l’époque, ces techniques de management avaient provoqué une vague de suicides.

Voir la vidéo
FRANCE 3

L’entreprise ne s’appelle pas encore Orange, mais France Télécom. Elle est dirigée par Didier Lombard, son PDG entre 2005 et 2011. Ce dernier est renvoyé en correctionnelle avec six autres cadres, dont l’ancien DRH. Neuf ans après le début de la vague de suicides, ce sera le procès des méthodes de gestion du personnel, en vigueur à l’époque à France Télécom. En 2009, lorsque l’affaire éclate, le PDG semble insensible et dépassé jusqu’à prononcer une phrase qui a scandalisé : "Il faut marquer un point d'arrêt à cette mode du suicide, qui évidemment choque tout le monde."

Un drame social

Pas une mode, mais un drame social. La justice a examiné le cas de 39 salariés : 19 suicides, 12 tentatives et plusieurs dépressions. À l’époque, France Télécom est en cours de privatisation. Ces méthodes visaient à déstabiliser le personnel pour faire partir le plus de monde possible. Violentes, elles ont fait craquer des dizaines de salariés, certains jusqu’au geste fatal.

Le JT
Les autres sujets du JT
Didier Lombard, PDG de France Télécom, lors d\'une assemblée générale de l\'entreprise, à Paris, le 26 mai 2009.
Didier Lombard, PDG de France Télécom, lors d'une assemblée générale de l'entreprise, à Paris, le 26 mai 2009. (MAXPPP)