Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Retraite d'agriculteur : avec 137 euros pour vivre à deux, "on s’y habitue, à la pauvreté"

Depuis qu'il est à la retraite, il passe son temps à compter. "Envoyé spécial" a accompagné Gérard, 71 ans, au supermarché. "Je ne pensais pas qu'après quarante ans de labeur un peu pénible, confie cet ancien agriculteur, on serait obligés de passer devant des rayons et allonger le pas pour ne pas être tentés trop longtemps."

Ils ont travaillé toute leur vie, et pourtant... depuis qu'ils sont à la retraite, ils passent leur temps à compter. Pendant un mois, "Envoyé spécial" a suivi dans son quotidien un couple de retraités agricoles. Gérard, 71 ans, et Josiane, 66 ans, perçoivent 1 400 euros par mois à eux deux. Une fois leurs charges payées, il leur reste 137 euros pour vivre.

Au supermarché, résister à toutes les tentations

Deux fois par mois, leurs courses sont faites au supermarché, pour un budget maximum de 60 euros. En restant très concentré, Gérard va essayer ce jour-là de dépenser encore moins que prévu. Il lui faudra résister à toutes les tentations : celles du rayon boucherie, qui lui rappellent le temps où le couple "pouvait se payer de la viande une fois par semaine", ce qui lui est impossible aujourd'hui, et celles du rayon fromage, "très, très cher". 

"Je ne pensais pas qu'après quarante ans de labeur un peu pénible, confie l'ancien agriculteur, on serait obligés de passer devant des rayons et allonger le pas pour ne pas être tentés trop longtemps." Comment Gérard vit-il le fait de devoir se limiter quand il achète à manger ? "Pas très bien, mais... on s'y habitue. On s'y habitue, à la pauvreté..." Au moment de passer à la caisse, le retraité a pourtant le sourire. Il a gagné son pari : sa note s'élève à 42,70 euros – 17 euros de moins que prévu.

Extrait de "Ma vie de retraité", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 28 novembre 2019.

Envoyé spécial. Gérard, 71 ans, ancien agriculteur : \"On s’y habitue, à la pauvreté\"
Envoyé spécial. Gérard, 71 ans, ancien agriculteur : "On s’y habitue, à la pauvreté" (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)