Retraités : les divorcées les plus mal loties

En France, les retraités manifestaient aujourd'hui à l'appel de neuf syndicats pour dénoncer la hausse de la CSG, la sous-indexation de leur retraite, la baisse de leur pouvoir d'achat.

France 2

Le divorce est-il synonyme de précarité pour les femmes retraitées ? Oui, de plus en plus souvent. Aujourd'hui, 15,4% des femmes retraitées divorcées vivent avec moins de 1 026 euros par mois contre 4,4% pour celles vivant en couple. Dans ce bal en région parisienne, plusieurs retraitées sont divorcées. Leur niveau de vie a baissé après leur séparation. "A mon âge, je voudrais me payer des vacances, des affaires ou aller au restaurant" explique Sabine Truong-Ngoc, retraitée. Le divorce entraîne une chute du niveau de vie.

1 070 euros brut par mois

Phénomène aggravant, les femmes retraitées ont souvent eu des carrières hachées pour élever leurs enfants. Conséquence, des petites retraites : 1 070 euros brut, inférieur de 39% à celles des hommes d'un montant de 1 740 euros. "Les petites retraites ont été pénalisées. En revanche, le minimum vieillesse a assuré aux personnes qui avaient les plus faibles montants de pension une augmentation sensible", explique Philippe Crével, directeur du cercle de l'épargne et de la retraite. Le nombre de divorces augmentant, les retraitées séparées en difficulté sont donc de plus en plus nombreux.

Le JT
Les autres sujets du JT
Manifestation des retraités pour la sauvegarde du pouvoir d\'achat à Toulouse (Haute-Garonne), le 15 mars 2018.
Manifestation des retraités pour la sauvegarde du pouvoir d'achat à Toulouse (Haute-Garonne), le 15 mars 2018. (ALAIN PITTON / NURPHOTO)