Réforme des retraites : les plus aisés, grands perdants du nouveau système ?

Au-delà de 120 000 euros de revenus annuels, les retraités les plus aisés paieront une cotisation de solidarité plus élevée qu'aujourd'hui. Présente en plateau, la journaliste Magali Boissin détaille la situation.

FRANCE 2

Avec la réforme des retraites, tous les salariés auront un taux de cotisation identique de 28,12%, jusqu'à 120 000 euros bruts par an. "Au-delà de ce montant important de revenu, le taux de cotisation change et passe à 2,81%. C'est dix fois moins, mais ces cotisations ne génèrent aucun droit. Elles ne permettent pas d'augmenter la future pension de retraite. C'est purement et simplement une cotisation de solidarité avec le système de retraite", explique la journaliste de France 2 Magali Boissin, présente sur le plateau du 13 Heures.

Les plus riches pouvaient générer des droits jusqu'à 300 000 euros de revenus par an

"Alors que dans notre système de retraite actuel, les plus riches pouvaient cotiser et générer des droits jusqu'à environ 300 000 euros de revenus par an, ils sont donc perdants avec ce nouveau système", précise Magali Boissin. Le projet de loi sur la réforme des retraites sera soumis au Conseil des ministres le 22 janvier 2020, avant le début du travail parlementaire à la fin du mois de février.

Le JT
Les autres sujets du JT
Edouard Philippe, le 11 décembre 2019, à Paris. 
Edouard Philippe, le 11 décembre 2019, à Paris.  (THOMAS SAMSON / AFP)