Recul de l'âge légal à la retraite : "Il ne faut pas prendre les Français pour des canards sauvages", lance Valérie Pécresse

La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a expliqué lundi sur France Inter ne pas comprendre pourquoi le gouvernement ne dit pas que l'âge légal de départ à la retraite va, selon elle, évoluer.

RADIO FRANCE / FRANCE INTER

"Il ne faut pas ruser avec les Français. Il ne faut pas prendre les Français pour des canards sauvages", a estimé Valérie Pécresse, la présidente LR de la région Ile-de-France, lundi 25 mars sur France Inter. Jeudi 21 mars, le Haut commissaire chargé de la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, a affirmée que l'âge légal de départ à la retraite "reste fixé à 62 ans". La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, avait assuré mardi qu'"aucune modification de l'âge minimal de départ à la retraite" n'était "envisagée" par le gouvernement, après s'être prononcée quelques jours plus tôt en faveur d'un "allongement de la durée de travail".

Pour Valérie Pécresse, "les Français ont bien tout compris. Ils savent que nous allons vivre tous plus vieux, plus longtemps. Ils savent que la population active sera moins nombreuse face à la population des retraités et que pour maintenir les retraites, il va falloir travailler à terme plus longtemps."

Si on regarde tous les pays qui nous entourent, on voit bien qu'on va aller vers un départ à la retraite à 65 ans, c'est inéluctable. J'ai du mal à comprendre pourquoi le gouvernement ne le dit pas.

Valérie Pécresse

à France Inter

"Cela suscite l'inquiétude, poursuit Valérie Pécresse, car on a l'impression qu'il [le gouvernement] avance masqué. On a l'impression que [dans le cas de] cette retraite à points, le point sera la variable d'ajustement et qu'il risque d'y avoir une baisse des retraites."

"Il y a urgence à rétablir un pacte de confiance avec les retraités. Ils ont été maltraités par le gouvernement qui a mis sur la retraite la CSG qui a désindexé les retraites". Valérie Pécresse s'est clairement prononcée "pour la réindexation des 1 500 premiers euros de retraite pour rétablir ce pacte de confiance avec les retraités. Mais là encore, si on ne parle pas de l'âge de départ à la retraite, à mon avis on est en train de cacher la vérité." 

La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse, le 25 mars 2019.
La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse, le 25 mars 2019. (RADIO FRANCE / FRANCE INTER)