La hausse de la CSG, "c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase" pour les retraités

Annie Petit, secrétaire nationale de l'Union nationale des retraités et des personnes âgées, a expliqué jeudi sur franceinfo que les retraités étaient frappés par "toute une série de mesure depuis une dizaine d'années".

Des retraités manifestent à Paris, le 28 septembre 2017.
Des retraités manifestent à Paris, le 28 septembre 2017. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Les retraités sont "très en colère", selon Annie Petit. La hausse de la CSG s'ajoute "à toute une série de mesures qui frappent les retraités depuis une dizaine d'années", a expliqué, jeudi 15 mars sur franceinfo, la secrétaire nationale de l'Union nationale des retraités et des personnes âgées (UNRPA – Ensemble et solidaires).

Pour Annie Petit, "c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase". C'est pour défendre leur pouvoir d'achat que des retraités se joignent aux professionnels de l'aide aux personnes âgées appelés à se mobiliser jeudi pour réclamer plus de moyens humains.

Des impacts sur les salariés

La baisse des cotisations salariales "est une mauvaise mesure. La suppression de ces cotisations, c'est de l'argent en moins dans les caisses de la Sécurité sociale", a rapporté Annie Petit. Cette décision est également "mauvaise pour les salariés qui, quand ils seront malades, auront des indemnités journalières réduites parce qu'ils auront moins cotisés et cela les impactera aussi à la retraite", a poursuivi la secrétaire nationale de l'UNRPA – Ensemble et solidaires. "La solidarité entre les générations, elle existe, c'est le fondement même du système de Sécurité sociale, a lancé Annie Petit. La solidarité, je la vois entre ceux qui ont beaucoup et qui pourraient partager avec ceux qui ont moins. Pour moi, c'est ça la solidarité."

Interpellé mercredi 14 mars par des retraités se plaignant de la baisse de leurs revenus, Emmanuel Macron a répondu qu'il "assumait" ses réformes.