SNCF : quand le privé recense les grévistes

Certains cheminots doivent désormais contacter un centre d'appel privé pour indiquer à l'avance leur volonté de faire grève. Une méthode contestée. Explications.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Pour se déclarer grévistes, certains cheminots doivent désormais contacter un centre d'appel privé. Une plateforme téléphonique qui enregistre les déclarations des agents. Un recours au privé contesté par certains cheminots. Par ailleurs, jusqu'ici, seuls 31 000 cheminots devaient se déclarer grévistes 48 heures à l'avance. Les conducteurs, les contrôleurs, les aiguilleurs et eux devaient informer leur chef de service en interne.

"Une situation parfois complexe"

Désormais, 26 000 cheminots supplémentaires ont l'obligation de se déclarer à l'avance. Il s'agit des agents de maintenance et ceux qui informent les voyageurs. Petite révolution, ils doivent contacter le centre d'appel, un service parfois défaillant, selon certains agents. "On se trouve dans une situation parfois complexe où des gens laissent un message, et même en laissant le message, ils sont rappelés ultérieurement et des fois, ils n'ont même plus la possibilité de déposer un préavis de grève", explique Sébastien Norris, agent de maintenance (SUD-Rail). Une réforme dans un contexte tendu : l'ouverture de la SNCF à la concurrence et la modification du statut des cheminots. Ni le centre d'appel ni la SNCF n'ont souhaité s'exprimer. Mais selon elle, il s'agit de mieux anticiper les grèves et d'améliorer les prévisions de trafic.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un logo de la SNCF sur un train de la nouvelle ligne Coradia, à la gare de l\'Est, à Paris, le 6 avril 2017.
Un logo de la SNCF sur un train de la nouvelle ligne Coradia, à la gare de l'Est, à Paris, le 6 avril 2017. (ERIC PIERMONT / AFP)