Pimkie : les syndicats bloquent la rupture conventionnelle

Pimkie n'inaugurera pas la rupture conventionnelle des ordonnances Macron. Les syndicats se sont opposés au plan de licenciement de la direction, qui prévoyait 208 départs. Cela ne signifie pas que l'enseigne ne supprimera aucun emploi.

FRANCE 2

Pimkie ne sera pas la première entreprise française à inaugurer la procédure de rupture conventionnelle collective. Lors de la réunion entre la direction et les syndicats au siège de l'enseigne à Villeneuve-d'Ascq (Nord) ce mardi 9 janvier, les délégués syndicaux ont refusé de signer. Aucun accord n'a donc été possible. La direction du groupe avait préalablement annoncé la fermeture de 37 magasins en France, ainsi que 208 suppressions de postes, dans le cadre de la nouvelle disposition de la loi Travail des ordonnances Macron. Sans signature, aucun accord n'est possible, c'est la loi. L'abandon de la rupture conventionnelle collective a ainsi été acté ce mardi après-midi.

Négociations toujours en cours

Un plan de départs volontaires reste pourtant à négocier. La direction ne fera aucun commentaire avant la fin des négociations, toujours en cours ce mardi soir.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le siège social de Pimkie à Villeneuve-d\'Ascq (Nord), le 8 janvier 2018.
Le siège social de Pimkie à Villeneuve-d'Ascq (Nord), le 8 janvier 2018. (DENIS CHARLET / AFP)