Code du Travail : une nouvelle mauvaise surprise pour les routiers

Lors d'une réunion au ministère des Transports jeudi 28 septembre, les syndicats de routiers ont assuré avoir découvert de nouveaux effets des ordonnances du Code du travail. Explications.

FRANCE 2

Ils se disent effarés et promettent de nouveaux blocages comme ceux organisés en début de semaine. Jeudi 28 septembre au soir, les syndicats de routiers étaient reçus par la ministre des Transports, Élisabeth Borne. Ils expliquent avoir découvert un nouvel effet des ordonnances : leurs frais de route, soit des primes touchées pour passer des nuits dans leur camion, ou pour leurs repas pris pendant leurs journées de travail, seront remis en cause. Certains évoquent même des baisses de l'ordre de 1 000 à 1 200 euros par mois. "C'est plus de 1 000 euros pour certains conducteurs qui partent sur l'ensemble de la semaine", déplore Jérôme Vérité, secrétaire général CGT-Transports.

"Le patron fera ce qu'il veut"

"On est sur des sommes énormes, et on est en face d'un gouvernement qui propose de mettre en place un observatoire, on se fout de nous", poursuit-il. La colère est ressentie partout, car on craint de perdre une partie importante du salaire. "Si ça se discute à la branche maintenant, le patron il fera un peu ce qu'il veut". Élisabeth Borne reconnait que de "nouveaux sujets sont apparus lors de la discussion", jeudi soir. Vendredi matin, plusieurs routiers ont mené une opération escargot sur l'autoroute A7 près de Lyon (Rhône).

Le JT
Les autres sujets du JT
La profession de routier attire de moins en moins les jeunes (illustration).
La profession de routier attire de moins en moins les jeunes (illustration). (MAXPPP)