Cet article date de plus de cinq ans.

Carte Nuit debout : des mouvements se préparent dans toute la France pour le "40 mars"

Né place de la République le 31 mars 2016, le mouvement Nuit debout s'étend à toute la France. De nouvelles mobilisations se préparent pour le samedi "40 mars".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Cinq cent personnes étaient rassemblée place du Capitole à Toulouse pour une Nuit debout, le 5 avril 2016. (CITIZENSIDE/MAXIME REYNIE / CITIZENSIDE)

Le rassemblement Nuit debout ne faiblit pas. Depuis la manifestation contre la loi travail du 31 mars dernier, des centaines de personnes se rassemblent tous les soirs sur la place de la République (Paris) mais pas seulement. Mardi 5 avril, des Nuits debout ont eu lieu plus ou moins spontanément à Nantes (Loire-Atlantique), Rennes (Ille-et-Villaine) ou encore Toulouse (Haute-Garonne) où 500 personnes se sont retrouvées sur la place du Capitole. Et ils ne comptent pas s'arrêter là. Francetv info propose une carte des rassemblements qui sont prévus samedi "40 mars" 2016.

Une neuvième nuit de mobilisation pacifique

Les organisateurs improvisés se préparent à continuer le mouvement samedi "40 mars" (soit le 9 avril), selon le calendrier du mois de mars éternel établi par la contestation. Pour eux, le temps s'est arrêté le premier jour de manifestation. Au programme des rassemblements à Avignon (Vaucluse), à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) ou encore au Havre (Seine-Maritime) : débat d'idées, animations, restauration, musique et surtout occupation des lieux le plus tard possible.

"On ne veut pas se mettre à dos les forces de l'ordre donc on ne fait pas dans la provocation. Mardi dernier, on est partis quand la police nous l'a demandé, vers 22h30", rappelle Scott Marlin, l'un des organisateurs de la Nuit debout de Clermont-Ferrand. 

Un mouvement aux influences variées

Ce collectif informel qui a poussé dans près de 40 villes françaises se définit sur convergence-des-luttes.org comme un rassemblement "d’intermittents, de syndicalistes et de citoyens engagés, déterminés à [s’]unir pour faire entendre [le] ras le bol de la politique gouvernementale". Leurs revendications, répétées lors des nombreuses assemblées générales, sont très larges et vont du "salaire à vie" à "la démocratie par tirage au sort".

Un mouvement citoyen qui rappelle celui des Indignés né à Madrid (Espagne) en 2011. Nuit debout a d'ailleurs reçu le soutien d'un député européen de Podemos, le mouvement d'étudiants et de citoyens espagnols qui s'est imposé comme la troisième force du pays. D'ailleurs la carte établie par les initiateurs du mouvement mentionne quatre rassemblements Nuit debout en Espagne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Loi Travail

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.