Cet article date de plus de six ans.

4 Vérités - Lutte contre le terrorisme : le gouvernement veut "un 4e corps d'armée"

Publié
Durée de la vidéo : 8 min
castaner
castaner castaner (France 2)
Article rédigé par France 2
France Télévisions

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner était l'invité des 4 Vérités sur France 2 ce mardi 23 mai.

"Le réveil est douloureux parce que les enfants de Manchester sont nos enfants !" Réaction du porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, dans les 4 vérités ce mardi matin après l'attentat qui a fait au moins 22 morts et une soixantaine de blessés lundi soir à Manchester aux abords de la salle de concert où se produisait la chanteuse américaine Ariana Grande.

Le secrétaire d'État chargé des relations avec le Parlement a cependant averti : "Il n'y a pas de politique qui permet de garantir la sécurité de chacun des citoyens en permanence. Il faut faire le maximum et d'abord frapper au Sahel et au Levant, là où on a l'origine du mal".

Ensuite, poursuit-il, "il faut renforcer notre renseignement intérieur, en recrutant 10 000 gendarmes et policiers supplémentaires", établir une "task force qui va centraliser toutes les informations qui remontent des différents services". Enfin, il a mentionné la création d'un "quatrième corps d'armée chargé de lutter contre toutes les formes de cyberterrorisme".

"Ne pas annuler les concerts"

"Il ne faudrait surtout pas céder au terrorisme en annulant des concerts ou en n'allant plus nulle part", lance Christophe Castaner.

Emmanuel Macron reçoit ce mardi les syndicats et le patronat. "Il veut dialoguer de la réforme de la formation professionnelle ou du Code du travail, mais plus généralement de la meilleure façon d'atteindre le plein emploi".

Et de préciser : "Il faut du dialogue, mais il faut aussi que les syndicats entendent la nécessité de faire bouger les lignes afin qu'un artisan par exemple n'ait plus peur d'embaucher".

Le porte-parole du gouvernement veut éviter "tout blocage". Mais il prévient qu'on n'a "pas le droit de bloquer la France d'autant plus que cette mesure était au coeur du projet politique d'Emmanuel Macron. Les Français l'ont élu avec la volonté de libérer le travail".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.