Cet article date de plus de sept ans.

Salarié : la VAE en huit points

Le parcours d'une validation des acquis de l'expérience (VAE) est jalonné de plusieurs étapes. En voici les principales. N'hésitez pas à demander un congé et un appui financier à votre entreprise.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.

1. Que vous ayez un projet de reconversion professionnelle ou quel que soit votre parcours ou votre profil, faites-vous aider ! Il s'agit de s'orienter parmi les titres et diplômes ouverts à la validation des acquis de l'expérience (VAE). Pour en savoir plus consultez le portail national consacré à la VAE.

2. Si vous connaissez déjà le diplôme auquel vous postulez, adressez-vous directement à l'organisme concerné. Si vous ne savez pas précisément à quel diplôme peut correspondre votre expérience, adressez-vous à l'un des Points Relais Conseil en VAE (c'est gratuit !) ou à votre DRH.

3. Une fois le diplôme identifié, attaquez-vous au dossier que l'on vous a remis. Là encore, faites-vous aider par un conseiller d'un Point Relais Conseil, voire par votre DRH.

4. Parallèlement, pensez à préparer le financement de votre VAE. Cette démarche coûte plutôt chère (entre 500 et 1 000 euros en moyenne). 

Elle peut être prise en charge : 
  • soit par votre entreprise dans le cadre de son plan de formation. Renseignez-vous auprès de votre DRH ou le responsable de la formation,
  • soit par vous-même, si votre entreprise ne souhaite pas financer votre projet de validation. Adressez-vous alors au Fongecif.
5. Sollicitez un congé pour VAE. Sa durée est de 24 heures maximum sans incidence sur votre salaire. Envoyez votre demande à votre employeur au plus tard 60 jours avant le début de vos actions de validation. La totalité ou une bonne partie du coût peut être pris en charge par un organisme financeur dont dépend votre entreprise comme l'OPACIF (Organismes paritaires collecteurs agréés du congé individuel de formation). Demandez leurs coordonnées à votre DRH ou au responsable de la formation de votre entreprise. Pour en savoir plus, consultez le site du ministère du Travail. 6. Afin d'étayer votre dossier, rassemblez toutes les preuves de vos acquis :  anciens diplômes, bulletins de salaire, attestations de travail, comptes-rendus d'entretien d'évaluation, documents professionnels, photos de réalisations, etc.  Puis, une fois votre dossier complété, remettez-le à l'organisme chargé de la . 7. En fonction du diplôme, préparez-vous à un éventuel entretien avec le jury, ou à des épreuves pratiques (pour les métiers manuels notamment). 8. Attention ! Le jury peut décider de valider tout ou partie de votre diplôme. Dans le deuxième cas, vous disposez de cinq années pour le compléter en vous formant.   La rédaction  Publié le 12/06/2013

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.