Travail : le gouvernement veut réformer la formation professionnelle

Muriel Pénicaud a présenté vendredi 27 avril la réforme de l'assurance-chômage et de la formation professionnelle. La ministre veut simplifier un système jugé trop complexe et trop coûteux. Retour sur les principales mesures envisagées.

FRANCE 3

Après la réforme du Code du travail, Muriel Pénicaud a présenté son deuxième projet de loi sur l'assurance-chômage et la formation professionnelle, vendredi 27 avril. L'objectif : sécuriser les parcours professionnels. "Le sujet des compétences est stratégique. Pour que les entreprises puissent croître et créer des emplois, il leur faut les compétences", a expliqué la ministre.

Rendre plus efficace la formation

Le gouvernement veut d'abord simplifier la formation. Le Compte personnel de formation (CPF) ne sera plus alimenté en heures, mais en euros. Chaque salarié recevra ainsi 500 euros par an sur ce compte, et 800 euros pour les moins qualifiés. Autres mesures annoncées : la création d'une seule et même agence baptisée France Compétences pour piloter la formation, l'inscription en apprentissage jusqu'à 30 ans, et le transfert de la gestion de l'apprentissage aux branches professionnelles. Du côté de l'assurance-chômage, le projet de loi prévoit d'ouvrir les droits au chômage aux démissionnaires et indépendants sous conditions. Le contrôle des chômeurs devrait être renforcé avec la multiplication par cinq en deux ans du nombre d'agents chargés de ces contrôles.

Le JT
Les autres sujets du JT
Muriel Pénicaud, ministre du Travail, à Matignon à Paris.
Muriel Pénicaud, ministre du Travail, à Matignon à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)