Cet article date de plus de deux ans.

En 2021, la France est restée le pays le plus attractif d'Europe en nombre d'investissements étrangers

La France attire toujours plus d'investisseurs étrangers. Selon le baromètre annuel du cabinet EY, le nombre de projets recensés dans l'Hexagone a augmenté de 24% en un an, mais ces investissements génèrent moins de créations d'emploi.

Article rédigé par Sarah Lemoine
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des grues sur un chantier à Nancy, en septembre 2021. (THIERRY COLIN / RADIO FRANCE)

L'écart se creuse avec les deux grands rivaux historiques que sont l'Allemagne et la Grande-Bretagne : en 2021, la France est restée le pays le plus attractif d'Europe en nombre d'investissements étrangers, et ce, pour la troisième année consécutive, selon l'enquête annuelle du cabinet EY, publiée mardi 31 mai. 

Ainsi, l'an dernier, la France a attiré plus d'un millier investissements étrangers sur son sol. Il s'agit principalement d'extensions de sites. Des implantations nouvelles sont également à souligner, mais dans une moindre mesure. 

Une force en nombre, mais pas en valeur

Parmi ces projets venus de l'extérieur, les projets industriels ont le vent en poupe : ils augmentent de 18%, bénéficiant du mouvement de relocalisation et de réorganisation des chaînes d'approvisionnement post-Covid. Les projets logistiques progressent également : +37% avec l'explosion du e-commerce. À l'inverse, les investissements dans les services aux entreprises régressent, sous l'effet notamment du télétravail. 

Qu'à cela ne tienne : la France conserve donc la première place au palmarès européen des investissements étrangers, avec le chiffre de 1222. C'est 229 de plus qu'au Royaume-Uni, qui souffre encore de l'effet Brexit, et 380 de plus qu'en Allemagne où les difficultés de recrutement sont fortes.

Un chiffre élevé en nombre, mais pas en valeur : les montants investis sont plus faibles qu'en Grande-Bretagne et Outre-Rhin, et ils générent moins de créations d'emplois.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.