Emmanuel Macron : le pacte de responsabilité, un "échec"

"Très peu d'accords de branche ont été signés" a reconnu ce mardi matin le ministre de l'Economie sur Radio Classique. Un échec qui est "aussi" celui du Medef.

(Le pacte de responsabilité pour Emmanuel Macron : un "échec" © MAXPPP)

 "Dans 'pacte de responsabilité', il y a 'responsabilité'. Très peu d'accords de branche ont été signés. C'est un échec et c'est aussi le sien " a déclaré Emmanuel Macron en parlant du patron du Medef Pierre Gattaz.

Selon les derniers décomptes cités par Les Echos, seules la Chimie et la Métallurgie ont signé un accord dans le cadre de ce pacte. Sur les 48 autres branches professionnelles, six auraient entamé des discussions, 19 en seraient au stade des intentions, et 15 auraient entamé des discussions qualifiées de sérieuses. Parmi les mauvais élèves : les Cabinets édicaux, les Etablissements d'enseignement privé, les Gardiens, concierges et employés d'immeubles, les Pharmacies d'officine et la Restauration de collectivités.

"Nous ne pouvons accepter que des branches restent inactives" (Rebsamen)

 Fin novembre par exemple, l'Association française des banques a assuré qu'elle était "contrainte" de reporter sine die les discussions prévues avec les syndicats en raison de l'alourdissement de la fiscalité des banques prévu par la loi de finances rectificative. Début novembre, François Rebsamen, le ministre du  Travail avait tapé du poing sur la table :  "Je le dis avec force: nous ne pouvons accepter que des branches restent inactives."

 Le pacte de responsabilité prévoit d'octroyer 40 milliards d'euros aux entreprises d'ici à 2017, en échange de négociations dans les branches professionnelles sur l'emploi notamment. Invité de France Info ce mardi matin, Jean-Marie Le Guen, le secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement a appelé les patrons à s'engager pour la croissance.