Cet article date de plus de six ans.

Discrimination : quand le nom et le prénom barrent la route de l'emploi

Le gouvernement présente ce lundi de nouvelles mesures pour lutter contre un phénomène qui touche un demandeur d'emploi sur trois.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Le gouvernement lance ce lundi une campagne contre les discriminations à l'embauche (illustration) © MaxPPP)

Le gouvernement va lancer ce lundi une campagne consacrée à la lutte contre les discriminations à l'embauche. A Strasbourg, Rachid Sékrane, 38 ans, est à la recherche d'un emploi depuis trois ans. Témoin du phénomène et lassé de le subir, il songe à déposer plainte.

A LIRE AUSSI  ►►►Discrimination à l'embauche : un testing lancé en avril

Rachid Sékrane habite dans le quartier difficile du Neuhof à Strasbourg. Lui et ses amis sont nombreux à avoir ressenti une discrimination à l'embauche. Si ce phénomène peut conduire certains à changer d'identité, Rachid refuse tout net. "Je sais qui je suis, je suis fier de ce je suis, je sais d’où je viens et je sais où je vais"  déclare-t-il.

"Mentir sur mon nom, sur mon prénom pour trouver un travail ? Non, parce qu’on est dans le pays des droits de l’Homme. Tout le monde a sa chance." 

Rachid Sékrane raconte aussi le problème lié au quartier dans lequel il habite, un quartier à la mauvaise réputation. "Malheureusement, on doit souvent cacher souvent notre adresse" dit-il "même si son CV est en béton, de peur de ne pas être retenu".

 

Pour que cette discrimination s'arrête, ce Strasbourgeois propose une solution. "Je vais porter plainte et si tout le monde en fait autant,  peut être que la situation changera" .

"C’est au citoyen de bouger le phénomène de la discrimination" : Rachid Sékrane. Un reportage de Sophie Cambra, France Bleu Alsace
écouter

A LIRE AUSSI  ►►►Discriminations à l'embauche : ce que font les entreprises qui agissent

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.