Cet article date de plus d'un an.

"Les patrons étrangers sont habitués à ces crises répétées" : la France reste attractive malgré les "gilets jaunes"

Le cabinet d'audit PricewaterhouseCoopers France et Afrique livre son baromètre à l'occasion du forum de Davos. La France attire toujours autant les entreprises étrangères, malgré la crise des gilets jaunes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des organisateurs du Forum de Davos, en Suisse, le 21 janvier 2019. (FABRICE COFFRINI / AFP)

Emmanuel Macron, Theresa May et Donald Trump ne seront pas présents au Forum de Davos qui s'est ouvert lundi 21 janvier en Suisse. Chaque année, à cette occasion, le cabinet d'audit PricewaterhouseCoopers France et Afrique francophone publie son baromètre. Cette année, les dirigeants des entreprises sont six fois plus pessimistes que l'année dernière. Mais la France conserve la 7e position du classement des pays les plus attractifs car "la France est un pays stable, même s'il y a la crise des "gilets jaunes", explique mardi sur franceinfo Bernard Gainnier, président de PwC France et Afrique francophone.  

franceinfo : Qu'est ce qui crée ce climat de morosité mondial ?

Bernard Gainnier : La confiance des patrons, on l'étudie depuis 22 ans en préambule de Davos. Si cette confiance baisse, c'est parce qu'il y a un certain nombre de facteurs liés à l'incertitude géopolitique, aux conflits commerciaux dans le monde, aux évènements populistes qui bloquent un peu leurs visions du futur. Quand on est incertains dans le futur on a du mal à investir, on est plus prudent et c'est ce qui se passe aujourd'hui.

Est-ce une crise de la mondialisation ?

On a une remise en cause du multilatéralisme par Donald Trump et d'autres, ce qui fait que les patrons pour qui c'est un élément très important pour faire du commerce et du business sont beaucoup plus attentistes, ce qui conduit à ce que leur vision de la croissance économique pour les 12 mois montre que les prévisions du FMI ou d'autres sont un peu optimistes.

Il y a peut-être encore un petit demi-point en jeu dans les mois qui viennent sur la croissance mondiale. On ne parle pas de récession. Les fondamentaux restent positifs avec des enjeux pour la croissance qui sont principalement la recherche de talents, comment former dans le cadre de la digitalisation du monde beaucoup plus de talents.

La France est-elle encore attractive ?

Elle était il y a deux ans à la 11e place des pays attractifs, elle reste aujourd'hui à la 7e place. La France est un pays stable, même s'il y a la crise des "gilets jaunes". Les patrons étrangers regardent une crise comme on en a souvent dans le cadre de grèves répétées. Ils sont finalement habitués à ces crises répétées et ce n'est pas si grave si ça ne dure pas trop. Les patrons étrangers regardent les infrastructures, la qualité des équipes, les compétences, l'économie. L'Europe reste attractive parce que c'est un grand marché avec beaucoup de pays développés, elle permet de vendre et de distribuer beaucoup de produits ce qui n'est pas le cas dans d'autres pays.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.