Cet article date de plus de sept ans.

Pour stimuler la croissance, les Français préfèrent les hausses de salaires et les baisses d'impôts

Plus de quatre sondés sur dix préconisent de favoriser la demande par rapport à l'offre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Economie,  Emmanuel Macron, lors des questions au gouvernement, le 29 octobre 2014, à l'Assemblée nationale, à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Le gouvernement a choisi de miser sur la compétitivité des entreprises, les Français préfèrent d'autres solutions. Pour stimuler la croissance, ils recommandent en priorité d'augmenter les petits salaires et de baisser les impôts des ménages, selon une étude publiée jeudi 13 novembre par la Banque de France.

Consultés sur les mesures les plus efficaces pour accélérer la croissance, ils préconisent l'augmentation des petits salaires (42%) et la baisse des impôts des ménages (42%), loin devant l'amélioration de la compétitivité des entreprises (34%). Concernant l'évolution de la situation économique, le pessimisme règne puisque 56% des Français pensent qu'elle va se dégrader. Mais ils sont à l'inverse plutôt optimistes (64%) concernant leur propre situation, notamment parmi les moins de 35 ans (72%) et les personnes aisées (74%).

Interrogés sur l'évolution des prix depuis un an, ils sont une majorité (75%) à percevoir une hausse, mais souvent dans une proportion supérieure à celle donnée par l'Insee (+0,3%). Ainsi, s'ils sont 15% à dire que les prix ont augmenté de moins de 1%, ils sont 37% à penser que la hausse se situe entre 1% et 3%, et même 23% à la juger supérieure à 3%. A l'inverse, 7% des personnes consultées considèrent que les prix ont baissé en un an.

 

Cette étude, menée auprès d'un échantillon de 959 personnes de plus de 18 ans représentatif de la population française, a été menée par téléphone les 28 et 29 octobre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Croissance

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.