L'Union européenne relève nettement ses prévisions de croissance pour la France

La Commission européenne table désormais sur une croissance de 2,0% en 2018 et 1,8% pour l'an prochain.

Le ministère de l\'Economie, des Finances et de l\'Industrie, le 19 janvier 2018, à Paris. 
Le ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, le 19 janvier 2018, à Paris.  (MANUEL COHEN / AFP)

La Commission européenne a nettement relevé, mercredi 6 février, ses prévisions de croissance pour la France en 2017, 2018 et 2019, estimant que "la dynamique économique" récente resterait "forte dans un proche avenir". Cette croissance plus élevée qu'attendue – il est désormais question de 1,8% en 2017, 2,0% en 2018 et 1,8% en 2019 – constitue une bonne nouvelle pour la France. Elle pourrait lui permettre de rester dans les clous européens en matière de déficit public. 

En novembre, la Commission tablait sur 1,6% en 2017, 1,7% en 2018 et 1,6% en 2019. Elle avait également estimé que le déficit de la France respecterait le critère européen d'un déficit public inférieur à 3,0% du produit intérieur brut (PIB) : 2,9% en 2017, 2,9% en 2018 et 3,0% en 2019. L'exécutif européen n'a pas publié mercredi de nouvelles estimations sur le déficit public français.

Le déficit public reste sous surveillance

Mais il doit annoncer le 23 mai son chiffre définitif pour 2017, qui revêt une importance particulière pour la France, seul pays de la zone euro avec l'Espagne encore sous le coup d'une "procédure de déficit excessif" en raison de ses largesses budgétaires. Cette procédure ouverte en 2009 par l'UE peut aboutir à des sanctions et des amendes, même si cela ne s'est encore jamais produit. Pour en sortir, la France doit présenter deux années de suite à Bruxelles un déficit public inférieur à 3,0%, objectif dont elle pourrait désormais un peu plus se rapprocher avec ces bons chiffres de croissance.