La TVA à 7% fâche libraires et éditeurs

Réagissant à l'annonce de François Fillon, le secteur dénonce une nouvelle menace sur le livre, déjà fragilisé par différents facteurs. 

Le taux de TVA sur le livre va passer de 5,5 % à 7 % dans le cadre du plan de rigueur annoncé lundi 7 novembre 2011.
Le taux de TVA sur le livre va passer de 5,5 % à 7 % dans le cadre du plan de rigueur annoncé lundi 7 novembre 2011. (LOIC VENANCE / AFP)

Parmi les mesures du plan de rigueur annoncé lundi 7 novembre par le Premier ministre : le taux de la TVA va passer de 5,5 % à 7 % "sur tous les produits et les services à l'exception des produits de première nécessité notamment l'alimentation", a averti François Fillon. Par conséquent, ce nouveau taux s'appliquera sur les livres. Et la décision passe mal auprès de la profession. 

"Cela tombe au plus mauvais moment, avec une chaîne du livre très secouée en ce moment, particulièrement la librairie indépendante", estime un responsable du Syndicat national de l'édition (SNE). "Le livre, c'est aussi l'éducation, et c'est un peu contradictoire de relever le taux de TVA alors que l'on met en avant l'importance de l'éducation", remarque-t-il, ajoutant que la profession va tenter de plaider sa cause auprès du ministre.

Géants et indépendants d'accord

De son côté, le directeur de l'Observatoire du livre et de l'écrit en Ile-de-France (Motif) Vincent Monadé écrit sur son blog que ce relèvement de la TVA met "encore plus en danger la librairie indépendante" et menace "l'équilibre précaire sur lequel repose la chaîne du livre". Pour lui, le gouvernement "vient de mettre dans le barillet la balle destinée à tuer les libraires indépendants". 

Cette augmentation de la TVA réussit même à mettre d'accord libraires indépendants et géants de la culture d'accord. Le PDG de la Fnac, Alexandre Bompard, juge en effet que cette hausse est "un élément de menace qui vient s'ajouter à d'autres éléments de menace liés notamment à l'hégémonie d'un certain nombre d'acteurs nord-américains sur ce segment".