Espagne : 16,5 milliards d'euros de coupes dans le budget en 2012

Le futur chef du gouvernement, Mariano Rajoy, a estimé que l'objectif de ramener le déficit public à 6 % en 2011 risquait d'ores et déjà de ne pas être tenu.

Le futur premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, avant de prononcer son discours d\'investiture devant le Parlement, le 19 décembre 2011 à Madrid.
Le futur premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, avant de prononcer son discours d'investiture devant le Parlement, le 19 décembre 2011 à Madrid. (JAVIER SORIANO / AFP)

Une cure d'austérité drastique, voilà ce qui attend les Espagnols après la victoire des conservateurs aux élections du 20 novembre. Le leader de la droite, Mariano Rajoy, qui prendra ses fonctions de premier ministre jeudi, a dévoilé lundi 19 décembre les grandes lignes de son programme économique.

Lors de son discours d'investiture devant le Parlement, le futur chef du gouvernement a annoncé une coupe budgétaire de 16,5 milliards d'euros en 2012 pour l'ensemble des administrations publiques. 

La prévision de déficit 2011 "risque d'être dépassée"

Lors de son intervention, Mariano Rajoy s'est par ailleurs déclaré pessimiste quant au respect, pour 2011, de l'objectif de ramener à 6 % du PIB le déficit public de l'Espagne, qui "risque d'être dépassé". En 2010, le pays, qui souffre durement de la crise et de l'éclatement de sa bulle immobilière, avait connu un déficit public de 9,3 %.

Un premier paquet de mesures d'urgence sera adopté lors du conseil des ministres du 30 décembre, comprenant notamment une "loi de stabilité budgétaire", qui impose une limite chiffrée au déficit structurel à partir de 2020, un "processus d'assainissement du secteur financier" et "une modernisation de la législation du travail".