Cet article date de plus de dix ans.

Importantes grèves en Grèce et au Portugal

Le métro d'Athènes est paralysé pour protester contre la cure d'austérité. Les transports portugais sont perturbés car les cheminots contestent le nouveau code du travail.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un homme a trouvé les portes du métro fermées, à Athènes (Grèce), le 1er janvier 2013. (LOUISA GOULIAMAKI / AFP)

L'année 2013 débute avec des grèves en Grèce et au Portugal, deux pays sous la pression de leurs créanciers, et notamment de l'Union européenne (UE). Francetv info résume les raisons de ces mouvements en ce 1er janvier.

Contre de nouvelles coupes salariales en Grèce

Le métro d'Athènes est paralysé pour protester contre de nouvelles coupes salariales et la cure d'austérité, qui entre dans sa quatrième année. La grève est sans grandes retombées sur le fonctionnement de la capitale, au ralenti après les festivités nocturnes. Ce débrayage de 24 heures vise à contester l'alignement des salaires des employés du métro sur ceux de l'ensemble de la fonction publique.

Ces derniers mois, leur syndicat avait déjà multiplié les grèves contre cette mesure, prise dans le cadre d'un nouveau durcissement fin 2012 de la rigueur exigée par l'UE et le Fonds monétaire international pour poursuivre leur soutien financier au pays.

Contre le nouveau code du travail au Portugal

L'ensemble du secteur des transports est fortement perturbé au Portugal. Les grévistes contestent le nouveau code du travail qui aura des conséquences sur les salaires. Les syndicats s'opposent à cette nouvelle réglementation qui prévoit notamment une réduction du paiement des jours fériés et des heures supplémentaires. Le nouveau texte fait partie des réformes mises en œuvre en contrepartie de l'assistance financière internationale accordée au pays en mai 2011.

Le mouvement de grève affecte notamment la circulation des trains, des bus et des navettes fluviales à Lisbonne ainsi que le transport de marchandises. Les perturbations dans les transports devraient se poursuivre dans les prochaines semaines. La compagnie de chemins de fer précise que la circulation des trains sera bouleversée en janvier "particulièrement le matin", et qu'aucun "moyen alternatif de transport ne sera mis en place".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise européenne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.