VIDEO. Guyane : qu'est-ce qui a changé, six mois après les grèves ?

Depuis les mouvements de protestation d'il y a six mois, France 2 fait le point sur ce qui a été fait en Guyane.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il y a six mois, plus d'un milliard d'euros ont été promis en urgence à la Guyane... mais avec quels résultats ? Y a-t-il des promesses non tenues ? À Cayenne, les premiers renforts de gendarmerie et de policiers sont arrivés : 710 hommes au total. Éric Aron est l'un d'entre eux. Après 16 ans en métropole, il a demandé à revenir en Guyane, sa terre natale.

Ce policier de la BAC sait que le département a connu 42 crimes l'an dernier. C'est plus que dans les Bouches-du-Rhône ou la Seine-Saint-Denis. "Ici on vous braque pour un bijou. On peut vous couper la main ou vous trancher la gorge. (...) En Guyane, on peut vous ôter la vie pour un rien", explique le policier de la Brigade anti-criminalité de Cayenne.

77% des promesses faites en cours d'application

L'insécurité a été l'élément déclencheur de la colère guyanaise, il y a six mois. Un collectif guyanais cagoulé dénonce la mort d'un jeune homme tué par des délinquants. C'est le point de départ d'une révolte sociale.

L'accord signé prévoit un milliard d'euros d'urgence. Six mois plus tard, le premier bilan sur la sécurité est encourageant. Il y a une baisse des vols à mains armées de 20% par exemple. Une dynamique positive qui s'applique aussi au secteur agricole guyanais. Grâce aux accords signés, plus de cinq millions d'euros ont été débloqués pour les agriculteurs. Mais pour d'autres secteurs, comme la santé, cela reste insuffisant. Selon le ministère des Outre-Mer, 77% des promesses faites sont en cours d'application, dont la création d'une prison, de collèges et de lycées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Environ 300 personnes se sont rassemblées à Cayenne (Guyane), avant l\'arrivée d\'Emmanuel Macron, mercredi 25 octobre 2017.
Environ 300 personnes se sont rassemblées à Cayenne (Guyane), avant l'arrivée d'Emmanuel Macron, mercredi 25 octobre 2017. (GUYANE 1ERE)