Cet article date de plus de huit ans.

Des salariés de Marine Harvest bloquent un site dans le Finistère

Ces employés du numéro 1 mondial du saumon protestent contre la fermeture annoncée du site d'expédition de Poullaouen. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des salariés de Marine Harvest, numéro 1 mondial du saumon, bloquent le site de Poullaouen (Finistère), le 4 novembre 2013. (MAXPPP)

La crise de l'agroalimentaire breton continue de mobiliser. Des salariés de Marine Harvest, le numéro 1 mondial du saumon, ont bloqué, lundi 4 novembre, le site d'expédition de Poullaouen, près de Carhaix (Finistère). Ils réclament le maintien du site et l'annulation des licenciements qui y sont prévus, rapportent des sources concordantes. Le groupe a en effet annoncé, en juin, la suppression de 400 postes en Bretagne, dont près de 300 (CDI et intérimaires) à Poullaouen. Il a confirmé, lundi, la fermeture du site, indique Le Télégramme

Une cinquantaine de salariés sont "partis pour bloquer le site d'expédition pour une durée illimitée", a expliqué Patrick-Guy Leveille, représentant CGT. "Ils sont en train de tenter de sauver leur emploi et on pense que c'est possible", a appuyé le maire (DVG) de Carhaix, Christian Troadec, qui s'est rendu sur place.

Des avancées "insuffisantes"

"La décision de fermer Poullaouen est actée, ils ne vont pas faire machine arrière", a commenté Patrick-Guy Leveille. "Il faut accepter la mobilité pour les plus jeunes, et augmenter la prime supra-légale pour les plus anciens" salariés, a-t-il ajouté. "Il y a eu des avancées de la part de la direction sur les indemnités de mobilité et sur les primes supra-légales".

Reste que ces dernières restent "largement insuffisantes" pour les plus anciens, a-t-il assuré. A titre d'exemple, un salarié avec onze ans d'ancienneté et âgé de 52 ans toucherait 32 000 euros. La direction propose aussi 80 postes à Landivisiau (à 50 kilomètres de Poullaouen), au lieu de 64, dans le cadre de la mobilité. Elle doit rencontrer les salariés mardi midi. Un nouveau Comité central d'entreprise (CCE) est prévu mercredi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise en Bretagne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.