Cet article date de plus de trois ans.

Crédits à la consommation : l’usurpation d’identité, un cauchemar vécu par de nombreux Français

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Crédits à la consommation : l’usurpation d’identité, un cauchemar vécu par de nombreux Français -
Crédits à la consommation : l’usurpation d’identité, un cauchemar vécu par de nombreux Français Crédits à la consommation : l’usurpation d’identité, un cauchemar vécu par de nombreux Français - (France 3)
Article rédigé par France 3 - M. de Chalvron, A. Jaquet, L. Le Moigne, Y. Moine, H. Cardon, L. Bleuzin
France Télévisions
France 3

De nombreux Français ont été victimes d’arnaques au crédit à la consommation et vivent depuis un enfer. Ils doivent rembourser cet argent emprunté par des escrocs et se retrouvent parfois interdits bancaires.

Chaque année, des milliers de Français sont victimes d’usurpation d’identité. Grégoire, par exemple, a été victime d’un fraudeur qui a acheté une voiture à son nom pour 31 625 euros, à crédit. Un téléphone à 1 400 euros a également été acheté à crédit au nom d’une jeune femme, qui a souhaité rester anonyme. Tous deux sont poursuivis par les sociétés de crédit qui leur demandent de rembourser, et sont fichés à la Banque de France. Un véritable cauchemar administratif.

Les sociétés de crédit, pas assez vigilantes ?

Comment ces crédits à la consommation sont-ils contractés aussi facilement ? La police est submergée par les dossiers d’usurpation qui impliquent les sociétés de crédit. "À partir du moment où vous êtes en capacité de récupérer une fausse carte d’identité ou une carte d’identité détournée, vous être en capacité de produire n’importe quel justificatif. Internet facilite énormément les choses", explique le brigadier-chef Rodolphe Brot du commissariat de Massy-Palaiseau (Essonne). Selon les policiers, les sociétés de crédit devraient être plus vigilantes. Mais le directeur du crédit de Sofinco l’assure : 85% des fraudes sont détournées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.