Covid-19 : "La situation est dramatique" pour le secteur de l'hôtellerie en Île-de-France, alerte le président de l’Umih

Jean-Marc Banquet d'Orx, président de l'Union des métiers et des industries de l’hôtellerie en Île-de-France, demande de pouvoir rembourser les aides "dans un délai beaucoup plus long" que celui prévu actuellement.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un portier portant un masque se tient devant le Royal Monceau, le 7 août 2020 à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)

"La situation économique est catastrophique", a alerté lundi 29 mars sur franceinfo Jean-Marc Banquet d'Orx, président de l'Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih) en Île-de-France, alors que la crise sanitaire a privé la région de 15,5 milliards d'euros de recettes en 2020, selon des chiffres du Comité régional du tourisme (CRT).

>> Covid-19 : suivez les dernières infos sur l'épidémie dans notre direct

"La situation est dramatique", a expliqué le président de l’Umih en Île-de-France. "C’est une chute terrible à laquelle nous assistons en matière d’occupation.

"En Île-de-France, nous avions encore un taux d’occupation de 14% en janvier dernier, quand l'année précédente, on avait plus de 80%."

Jean-Marc Banquet d'Orx, président de l'Umih en Île-de-France

à franceinfo

"C'est une situation dramatique, avec des prix moyens qui ont baissé", a ajouté Jean-Marc Banquet d’Orx. "En 2019, le prix moyen d’une chambre était de 153 euros. En janvier 2020, il est tombé à 120 euros", a-t-il détaillé, "alors qu’il y a des gros loyers à payer à Paris."

Le président de l’Umih Île-de-France a également expliqué que "les aides que nous avons reçues ont juste permis de passer le cap et elles ne pourront pas être réglées aussi vite que le souhaiterait au gouvernement", avant de demander "qu'on puisse rembourser dans un délai beaucoup plus long parce qu'on sait que nous ne pourrons pas, dans un délai bref, retrouver les mêmes volumes avant 2024 et les Jeux olympiques."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.