Cet article date de plus de huit ans.

Consommation : tester avant d'acheter, une tendance qui se développe

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min
Consommation : tester avant d'acheter, une tendance qui se développe
Consommation : tester avant d'acheter, une tendance qui se développe Consommation : tester avant d'acheter, une tendance qui se développe (FRANCE 2)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
France 2

Fauteuils relaxants, montres ou casques audio, les particuliers qui sont déjà propriétaires de ces produits accueillent chez eux des nouveaux clients potentiels.

Les achats sur Internet réservent parfois des surprises, alors certaines enseignes proposent de tester le produit voulu avant de l'acheter. La manoeuvre est simple : il faut uniquement taper son code postal pour trouver le particulier le plus proche de son domicile et venir tester le produit directement chez lui. A la Camif, si le test déclenche une vente, le particulier qui a accueilli le testeur est récompensé. Françoise Marliac, retraité, a fait tester son fauteuil de relaxation, mais l'argent n'est pas sa motivation première. "J'ai un bon de réduction de 40 euros, mais moi, ça ne m'apporte pas forcément. Je veux plutôt rendre service au futur client et essayer d'apporter des informations qu'il ne peut pas trouver sur Internet ou sur le catalogue", explique François Marliac.

Des produits de haute technologie

Tester avant d'acheter, le concept se développe en France, même certaines enseignes qui possèdent des magasins y ont recours. La difficulté trouver des démonstrateurs qui acceptent de recevoir chez eux des consommateurs. C'est le rôle de Demooz, une jeune start-up. "Aujourd'hui, ce qu'on propose aux marques c'est finalement de gérer pour elles des showrooms des réunions de particuliers. C'est un petit peu des réunions Tuperware 2.0", souligne Geoffrey Vidal. Aujourd'hui, son réseau, qui teste des produits  haute technologie rassemble 12 000 membres.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.