Consommation : la joaillerie low-cost, un secteur en plein essor

A 48 heures de la fête des Mères, une équipe de France 2 s'est penchée sur les secrets de ces boutiques qui proposent des bijoux à bas prix.

FRANCE 2

 

En France, le marché des bijouteries à petits prix est en plein essor. 395 euros pour un solitaire en diamant, au moins trois fois moins cher que dans une bijouterie traditionnelle. Comment ces magasins arrivent-ils à proposer de tels prix ? Quelque part en France, une de ses enseignes à l'adresse secrète a ouvert ses portes. La marque ne fabrique aucun des produits qu'elle vend. Ils sont importés puis stockés dans un immense coffre-fort. "Ces bijoux arrivent majoritairement d'Europe, de fournisseurs spécialisés dans un certain type de fabrication de matériaux. Nous avons aussi des fournisseurs en Asie. La Chine est capable de produire en série de très belles pièces",  explique Julien Le Gauffre, directeur logistique de Cléor.

Vente sur Internet

Importer des bijoux n'est pas la seule recette de cette enseigne. Tout ici ressemble à un centre de tri. Les bijoux sont étiquetés, rangés et expédiés en quelques heures, loin des services sur mesure de la bijouterie traditionnelle. D'autres marques ont fait le choix de reproduire en grande série les mêmes bijoux et donc de passer moins de temps à la conception. Autre astuce de ces enseignes à bas prix, ne pas avoir de boutiques et vendre uniquement sur Internet.

Le JT
Les autres sujets du JT