Comment le palais de l'Elysée a réduit son train de vie

Selon Europe 1, le budget du "Château" est passé de 112 millions d’euros en 2011 à 101 millions cette année.

François Hollande reçoit au palais de l\'Elysée le président du Conseil italien, Matteo Renzi (D), le 15 mars 2014. 
François Hollande reçoit au palais de l'Elysée le président du Conseil italien, Matteo Renzi (D), le 15 mars 2014.  ( PHILIPPE WOJAZER / REUTERS)

Tout le monde se serre la ceinture, y compris le palais de l'Elysée. Europe 1 révèle, mardi 18 mars, l'ampleur des économies réalisées par "le Château". Entre 2011 et 2014, le budget est passé de 112 millions d'euros à 101 millions. En 2013 déjà, la Cour des comptes avait salué les efforts réalisés par le palais présidentiel. Mais François Hollande veut aller plus loin et invite ses collaborateurs à faire "mieux avec moins", pour passer sous la barre des 100 millions d’euros de budget en 2015. Comment la présidence a-t-elle économisé ces 11 millions d'euros ?

En rebouchant les grands crus

Le geste peut vous paraître évident, mais il ne l'était pas pour la sommelière de l'Elysée. Désormais, après les dîners officiels, les bouteilles de grands crus qui ne sont pas terminées sont rebouchées. Le palais présidentiel s’est doté de bouchons spéciaux qui permettent de resservir ces vins. Avant, les précieux breuvages étaient tout simplement vidés dans l'évier.

En multipliant les appels d'offres

La démarche avait été engagée par Nicolas Sarkozy, mais elle a été amplifiée. Tous les travaux et toutes les commandes nécessaires au bon fonctionnement de l'Elysée sont soumis aux mêmes procédures que les marchés publics, avec appels d’offres et mise en concurrence. La procédure concerne désormais 80% des dépenses de fonctionnement, contre 29% en 2012. Pour les photocopieuses, par exemple, l'économie réalisée s'élève à 170 000 euros. 

En allégeant le personnel lors des déplacements

Pour préparer les voyages de François Hollande, dix personnes, dont deux officiers de sécurité, un diplomate et un attaché de presse, sont envoyés en amont avec pour mission de repérer les lieux. Ils étaient une quinzaine auparavant. Résultat, lors de la visite annuelle du chef de l'Etat au siège de l'ONU, à New York, la facture s'est élevée à 800 000 euros au total, contre près d'un million avant la mise en place de ce dispositif allégé, rapporte Europe 1. 

En sabrant dans les effectifs

Durant la présidence de Nicolas Sarkozy, il y avait 52 membres de cabinet. Ils ne sont plus que 40 aujourd’hui. Dans l'ensemble, les effectifs du palais présidentiel sont passés de 882 personnes à 836, avec, notamment, des départs qui ne sont plus systématiquement remplacés. Revers de la médaille, cette mise au régime des effectifs a entraîné une explosion du nombre d'heures supplémentaires, pour un coût de 1,8 million d'euros.