Cet article date de plus de deux ans.

Sport : des champions et présidents de fédérations olympiques réclament un "budget ambitieux"

Ces personnalités, parmi lesquelles Marie-José Pérec, Renaud Lavillenie et Kevin Mayer, dénoncent la réduction du budget des Sports en 2019 et la suppression de 1 600 postes de cadres techniques d'ici 2022.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Renaud Lavillenie, le 12 août 2018 à Berlin (Allemagne). (MICHAEL KAPPELER / DPA / AFP)

"Les citoyens que nous sommes ne comprennent pas pourquoi le sport, qui apporte tant, est toujours la cible de coupes budgétaires." Une centaine de personnalités, dont des présidents de fédérations olympiques et des sportifs médaillés, signent vendredi 19 octobre une tribune publiée dans L'Equipe pour réclamer "un budget du sport ambitieux pour les prochaines années". Une manière de dénoncer la réduction du budget des Sports en 2019 et la suppression de 1 600 postes de cadres techniques d'ici 2022.

"Nous sommes une opportunité pour la France !"

Alors que le gouvernement espère 80 médailles françaises aux Jeux olympiques de 2024 à Paris, les signataires rappellent que "les médailles de demain se préparent maintenant grâce à un encadrement de grande qualité". "La réussite sportive et citoyenne des Jeux olympiques et paralympiques, c’est maintenant et ensemble que nous devons la construire pour 2024 et au-delà", écrivent les signataires, parmi lesquels Marie-José Pérec, Renaud Lavillenie et Kevin Mayer.

"Les moyens alloués sont cette année encore, en forte baisse", regrettent les signataires, qui voudraient que le sport ne soit plus "considéré comme une charge mais comme un investissement" car "nous sommes une opportunité pour la France ! Une opportunité de rayonnement international et un outil de diplomatie, une opportunité de véhiculer des images positives pour l’Hexagone et dans le monde, une opportunité pour donner le sourire aux Françaises et aux Français".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.