VRAI OU FAKE Les Français sont-ils vraiment les grands perdants du passage à l'euro ?

Une étude réalisée par un think tank allemand avance que le PIB par habitant en France a diminué de 56 000 euros depuis l'entrée en vigueur de la monnaie unique, il y a vingt ans. Un chiffre à prendre avec des pincettes. 

Une étude du Centre de politique européenne affirme que la monnaie unique a eu un impact négatif pour l’économie française. (photo d\'illustration)
Une étude du Centre de politique européenne affirme que la monnaie unique a eu un impact négatif pour l’économie française. (photo d'illustration) (FANATIC STUDIO/GARY WATERS/SCIEN / FST / AFP)

Les montants évoqués sont conséquents. Dans le live de franceinfo, vous avez été plusieurs à nous interroger sur la véracité d'une étude allemande sur les conséquences économiques de la monnaie unique. "Il paraît que les Français auraient perdu 56 000 euros par personne depuis le passage à l'euro, tandis que dans le même temps les Allemands auraient gagné 23 000 euros par personne, nous écrit ainsi Loïc. Pouvez-vous nous éclairer sur ces chiffres étonnants ?"

L'étude citée, intitulée "Vingt ans de l'euro : perdants et gagnants, une enquête empirique", a été réalisée par le Centre de politique européenne. A en croire ses conclusions, abondamment reprises dans les médias, la France aurait particulièrement pâti du passage à l'euro. Elle aurait même connu un manque à gagner en termes de PIB d'environ 56 000 euros par habitant entre 1999 et 2017. Un montant vertigineux, qui soulève des questions quant à la méthodologie utilisée. On vous décortique ces chiffres.

Quelles sont les conclusions de l'étude ?

Sur la période 1999-2017, soit depuis l'introduction de l'euro, certains pays de l'Union européenne auraient vu leur produit intérieur brut augmenter grâce à la monnaie unique, tandis qu'elle aurait diminué dans d'autres à cause de cette monnaie, indiquent Alessandro Gasparotti et Matthias Kullas, les auteurs de l'étude.

L'Allemagne aurait ainsi cumulé un gain de 1 893 milliards d'euros sur cette période, soit 23 116 euros par personne. Les Pays-Bas pourraient quant à eux se targuer d'un enrichissement de 21 003 euros par personne.

Au contraire, d'autres pays auraient vu leur richesse décroître à cause de l'introduction de la monnaie unique. L'Italie, en tête des perdants, aurait ainsi perdu 4 325 milliards d'euros entre 1999 et 2017, soit 73 605 euros par personne.

La France s'en sortirait à peine moins mal avec une diminution de 3 591 milliards d'euros de son PIB, soit une baisse de 55 996 euros de son PIB par habitant. Cela ne veut évidemment pas dire que les Français auraient perdu 55 996 euros en espèces sonnantes et trébuchantes sur leurs comptes en banque, mais le PIB par habitant constitue tout de même un indicateur naturel du niveau de vie individuel moyen.

Selon les auteurs de l'étude, ce "déclin de prospérité" s'explique par l'incapacité de la France à "dévaluer régulièrement sa monnaie" comme elle le faisait à l'époque du franc pour booster sa compétitivité.

Quelle est la méthode utilisée ?

Pour parvenir à ces résultats, les auteurs de l'étude ont comparé l'évolution du PIB des pays de l'euro avec un groupe de témoin de pays qui, eux, ne sont pas passés à la monnaie unique, et qui n'ont pas traversé de grande crise ou été affectés par des réformes structurelles majeures. Le but étant de pouvoir comparer l'évolution des deux groupes, pour tenter d'évaluer ainsi l'impact positif ou négatif de la monnaie unique sur l'économie des pays de la zone euro.

Chaque pays a été adossé à un groupe témoin différent. Ainsi, pour la France le groupe témoin est constitué à 55,4% de l'Australie et 44,6% du Royaume Uni. L'Allemagne, elle, a été comparée au Bahreïn (28,1%), au Japon (35,8%) au Royaume-Uni (26,4%) et à la Suisse (9,7%).

Les chercheurs ont comparé, année après année, sur la période de 1999 à 2017, comment ont évolué le PIB des pays de la zone euro et celui de leur groupe témoin.

Les résultats sont-ils fiables ?

C'est là que le bât blesse. "La méthode est intéressante, mais très fragile", explique sur France Culture Mathieu Plane, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). La première question qui se pose est celle du choix des groupes témoins. Par exemple, comparer la France à l'Australie, un pays dont le PIB a été boosté ces vingt dernières années par ses exportations de ressources minières à la Chine. Ou comparer l'Allemagne au Bahreïn.

L'exemple le plus flagrant est peut-être celui de la Grèce, dont le groupe témoin est composé à 42% de la Barbade, "une toute petite économie, qui n'a rien à voir avec le tissu productif de la Grèce", souligne Mathieu Plane. Et les résultats de la Grèce laissent d'ailleurs songeurs : le pays ferait partie des "gagnants" du passage à l'euro, alors que c'est celui "qui a le plus souffert de la crise de 2008", analyse Mathieu Plane, et qui affiche aujourd'hui le taux de chômage le plus élevé de la zone euro. "Les résultats de cette étude ne sont pas convaincants", abonde également dans Die Welt Clemens Fuest, président de l'Institut Ifo de Munich, qui relève également les structures économiques totalement différentes des pays étudiés et de leurs groupes de contrôle.

D'autre part, cette étude est simplement une étude statistique. "Il n'y a pas d'analyse macroéconomique derrière, il n'y a pas de modèle complexe", souligne Mathieu Plane. "Un modèle, contrairement à une étude statistique, va regarder toutes les interférences qu'il peut y avoir entre l'évolution des prix relatifs, la compétitivité, les taux d'intérêts, des dettes publiques, le taux de change de l'euro. Là, on a quelque chose d'extrêmement simple dans la méthodologie, et cette étude attribue tous les écarts observés à l'euro. Or, les interactions sont beaucoup plus complexes que ça en économie", explique-t-il. Si cette étude a pour intérêt de tenter de chiffrer précisément l'impact du passage à l'euro, elle n'y parvient pas de manière convaincante.