Cet article date de plus de six ans.

Bruxelles juge le budget de la France "inacceptable" et menace de le censurer

Le projet de loi de finances 2015 risque d'être rejeté par la Commission européenne, qui demande davantage d'efforts à Paris, selon France 2 et "Le Figaro".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le futur président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le président français François Hollande, le 22 mai 2013, à Bruxelles (Belgique). (JOHN THYS / AFP)

La France va-t-elle devoir annoncer une nouvelle série de restrictions budgétaires ? Le projet de loi de finances présenté par le ministère français de l'Economie ne plaît pas à la Commission européenne, qui attend de Paris des économies ou des recettes supplémentaires, indiquent, lundi 6 octobre, France 2 et le site du Figaro

Face à un projet de budget jugé "inacceptable" par un responsable de la Commission européenne, Bruxelles espère une plus forte réduction du déficit structurel français. "Pour éviter la censure de son texte, la France devrait identifier, d'ici la fin du mois [d'octobre], un effort budgétaire de l'ordre de 8 milliards d'euros de plus, impôts ou économies", selon Le Figaro.

Paris temporise

Interrogé par RTL, le ministre des Finances, Michel Sapin, a déclaré, mardi, qu'il n'était pas question pour la France de faire davantage d'économies en 2015 que les 21 milliards d'euros déjà prévus, ni d'augmenter les impôts, pour réduire les déficits publics. "Ça n'est pas dans les pouvoirs de la Commission" de censurer le budget d'un Etat membre de l'Union européenne, a-t-il soutenu. Selon Le Figaro, l'UE peut néanmoins imposer des amendes aux pays.

RTL

La France doit envoyer son projet de budget à Bruxelles le 15 octobre. Elle n'est "pas dans l'hypothèse" d'un retoquage par la Commission européenne, a fait savoir l'entourage de François Hollande, lundi, au Figaro. Le chef de l'Etat et le futur président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, sont toutefois "en contact direct", précise le correspondant de France 2 à Bruxelles, François Beaudonnet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.