Bourse : vent de panique sur les marchés

La bourse de Paris a clôturé en baisse de 2,3 % ce mardi 6 février. Une réaction au plongeon de Wall Street aux États-Unis. Et pourtant, ce minikrach boursier est un signe que l'économie se porte bien.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Visages anxieux dans cette salle de marchés mardi 6 février. La bourse de Paris clôture ce soir en net repli, à -2,3 %. C'est le plus fort recul depuis le Brexit, en juin 2016. "Aujourd'hui c'est une baisse assez importante qui poursuit le mouvement d'hier et de vendredi, qui a commencé en fin de semaine dernière. À court terme, c'est un mouvement assez conséquent", estime Thomas Bavoil, analyste chez Aurel BGC.

Crainte du retour de l'inflation

À l'image de Paris, les autres places européennes dévissent. Francfort termine à -2,3 %, Londres à -2,6 %. Des marchés européens en baisse dans le sillage de Wall Street. Un plongeon qui a entraîné celui des bourses asiatiques. Paradoxe : la Bourse s'affole car l'économie se porte bien. Explication : Aux États-Unis, les salaires en hausse font craindre le retour de l'inflation, une hausse des prix avec à la clef des taux d'intérêt plus élevés. Emprunter de l'argent va coûter plus cher. Ce mardi soir, le repli de la bourse de Paris a effacé tous les gains cumulés depuis le début de l'année. 



Le JT
Les autres sujets du JT
Un trader au terminal Bloomberg, à la Bourse de New York, en 2013 (photo d\'illustration).
Un trader au terminal Bloomberg, à la Bourse de New York, en 2013 (photo d'illustration). (BRENDAN MCDERMID / REUTERS)