Moteurs truqués : le procès Volkswagen vient de s'ouvrir en France

Les plaignants français réclament le remplacement de leur véhicule. Comme aux États-Unis, où les clients ont obtenu des voitures neuves.

France 3

Amandine Duhayer fait partie des huit premiers plaignants à porter l'affaire contre Volkswagen devant un tribunal français. Sa voiture a été équipée d'un logiciel pour falsifier les résultats de tests antipollution. Comme elle, 946 000 propriétaires de véhicules sont concernés en France. Certains ont choisi de ne pas attendre le résultat de l'enquête pénale pour demander réparation de leur préjudice.
"Ce sont des véhicules qui sont décotés, discrédités", accuse Me Emmanuel Ludot, l'avocat des plaignants.

Verdict le 22 avril

Jugeant les réparations insuffisantes, les plaignants demandent le remplacement de leur voiture par l'entreprise, comme aux États-Unis où les propriétaires ont obtenu des véhicules neufs grâce aux actions de groupe et aux puissantes associations de consommateurs. En France, la marque allemande se contente pour l'instant de remettre les véhicules aux normes. L'affaire a été mise en délibéré au 22 avril.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un concessionnaire près de Bonn, en Allemagne, le 4 novembre 2015. Volkswagen a fait état d\'\"irrégularités\" sur les émissions de CO2 de 800 000 voitures.
Un concessionnaire près de Bonn, en Allemagne, le 4 novembre 2015. Volkswagen a fait état d'"irrégularités" sur les émissions de CO2 de 800 000 voitures. (WOLFGANG RATTAY / REUTERS)