Transports : la voiture moins chère que le bus pour se déplacer en zone urbaine, selon une étude de la Fnaut

L'étude se fonde sur ce qu'on appelle le "coût marginal" de la voiture, c'est-à-dire uniquement les frais d'essence ou de stationnement. Elle ne prend pas en compte le prix d'achat de la voiture et les frais de crédit.

Des bus municipaux à Rennes, janvier 2019
Des bus municipaux à Rennes, janvier 2019 (LOÏCK GUELLEC / FRANCE BLEU ARMORIQUE / RADIO FRANCE)

Se déplacer en voiture en zone urbaine coûte moins cher au quotidien que prendre le bus, selon une étude de la Fnaut (Fédération des usagers des transports) publiée vendredi 7 février. L'écart s'est même creusé entre 2011 et 2018. L'étude se fonde sur ce qu'on appelle le "coût marginal" de la voiture, c'est-à-dire uniquement les frais d'essence ou de stationnement. Elle ne prend pas en compte le prix d'achat de la voiture et les frais de crédit.

8 centimes contre 14 centimes

Et à ce compte-là, le coût est de 8 centimes de moins par kilomètre contre 14 centimes en transports en commun pour les déplacements de courte distance. L'écart a même augmenté d'1 centime environ ces dernières années. D'où la nécessité, pour le président de la Fnaut, Bruno Gazeau, de rééquilibrer les coûts et de faire payer aux automobilistes l'usure de la voirie : "En France, on ne paye pas quand on entre dans les villes le péage urbain, traditionnellement. Il faudrait l'envisager au moins à certaines heures. C'est possible."

Les collectivités ont la possibilité de le faire. Elles ne s'en sont pas saisies. Elles ont plutôt investi sur les politiques de stationnement.Bruno Gazeauà franceinfo

La Fnaut considère donc qu’une hausse modérée du coût d’usage de la voiture est légitime et que le produit des nouvelles taxes (TICPE, péage urbain) devrait être affecté aux modes alternatifs de transports. Selon l’économiste Jean-Marie Beauvais, auteur de l'étude, un centime supplémentaire de TICPE sur les carburants routiers (chiffres 2018) rapporterait 520 millions d'euros.

Sur les trajets longue distance, le train apparaît en revanche compétitif par rapport à la voiture et les écarts sont moindres. Mais le rail est sensiblement plus cher que les cars Macron, explique Jean-Marie Beauvais : "5 centimes en moyenne par voyageur au kilomètre alors que le train c'est 9 ou 10 centimes, selon que vous preniez le TGV ou l'Intercités."

La FNAUT propose de baisser la TVA à 5,5% sur les billets de train contre 10% actuellement. Une demande à laquelle le gouvernement ne semble toutefois pas prêt à répondre.