Renault : les soupçons de fraudes plongent le groupe dans la tourmente

La répression des fraudes s'est rendue sur plusieurs sites Renault la semaine dernière. Les soupçons font chuter l'action du groupe en bourse.

FRANCE 3

Un simple communiqué de la CGT, ce jeudi 14 novembre, a suffi à mettre le feu aux poudres. Le syndicat révèle que des perquisitions ont eu lieu la semaine dernière sur plusieurs sites de Renault en région parisienne. Ces perquisitions font ressurgir le spectre d'un scandale semblable à celui de Volkswagen, qui avait truqué son logiciel de test antipollution.

Panique sur les marchés financiers

Une enquête est menée auprès de plusieurs constructeurs par une commission indépendante. Elle doit tester la pollution des moteurs Renault. Et dans le même temps, les marchés financiers paniquent. A la mi-journée, l'action Renault avait chuté de 20% en bourse. La direction a rapidement contre-attaqué en publiant un communiqué rassurant, dans lequel elle précise que la procédure ne mettrait pas en évidence la présence d'un logiciel truqueur. Pour le moment, 22 véhicules ont été examinés sur les 100 programmés. Le dépassement des normes serait lié à une nouvelle procédure. Les véhicules ont été testés en conditions réelles de conduite et non sur des bancs d'essai.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un salarié de Renault s\'est pendu sur le site du Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine), le 8 septembre 2014.
Un salarié de Renault s'est pendu sur le site du Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine), le 8 septembre 2014. (ALAIN LE BOT / AFP)