Huile de palme : Nicolas Hulot a-t-il oublié sa promesse ?

L'État français vient d'autoriser Total à ouvrir une bioraffinerie qui compte exploiter 300 000 tonnes d'huile de palme par an.

Voir la vidéo
FRANCE 3

La France voudrait ne plus voir ces images de désolation. Celles d'une déforestation massive en Malaisie et en Indonésie, due à la culture intensive de palmiers à huile, utilisée principalement en Europe pour les carburants et responsable de la disparition d'espèces animales. Nicolas Hulot s'était engagé à y mettre fin. Pourtant, l'État vient d'autoriser Total à mettre en route une bioraffinerie à La Mède, près de Marseille (Bouches-du-Rhône).

Nicolas Hulot se défend

L'entreprise annonce qu'elle y traitera 300 000 tonnes d'huile de palme par an. "Pour répondre à la demande de cette bioraffinerie, il faudrait l'équivalent d'une surface de plantation de la taille de six fois la ville de Marseille", explique Sylvain Angerand de l'association des Amis de la Terre. De son côté, Total annonce qu'elle se conformera aux critères européens les plus exigeants sur l'huile de palme. Le ministre se défend de cette décision, prise selon lui par le gouvernement précédent. La bataille autour des importations d'huile de palme se joue désormais au niveau européen.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot, lors d\'une conférence de presse à Bologne (Italie), le 12 juin 2017.
Le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot, lors d'une conférence de presse à Bologne (Italie), le 12 juin 2017. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)