"Gilets jaunes" : une organisation fragile qui freine la mobilisation du 24 novembre

Près de 30 000 manifestants sont attendus à Paris, samedi 24 novembre. Comment les "gilets jaunes" comptent-ils s'organiser ?

France 3

Tous ensemble à Paris. C'est la prochaine étape des "gilets jaunes". Le rendez-vous est donné samedi 24 novembre, place de la Concorde à Paris. Les autorités l'ont interdit. Seul le périmètre du Champ-de-Mars sera autorisé, mais à Franconville (Val-d'Oise), certains n'en démordent pas. Ce sera en plein centre de la capitale. "Je veux aller à Concorde. Le gouvernement nous dit d'aller au Champ-de-Mars, mais c'est un traquenard en fait, donc beaucoup de manifestants vont aller ailleurs dans Paris", confie une manifestante.

Un mouvement soutenu par 77% des Français

Gérer, s'organiser, c'est tout le problème des "gilets jaunes". À Fréjus (Var), "des gens veulent faire du covoiturage", explique un manifestant qui, lui, ne se rendra pas à Paris. "On n'a pas trop d'informations sur l'organisation, certains disent qu'il y aura des trains gratuits, mais on y croit pas trop", rajoute de son côté un manifestant de Dieppe (Seine-Maritime). Une organisation fragile qui freine certains "gilets jaunes". Même en région parisienne, certains ne veulent pas quitter leur rond-point. Ceux qui se rendront à Paris se sont donné rendez-vous dès 8 heures, samedi 24 novembre. 77% des Français continuent de soutenir le mouvement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des \"gilets jaunes\" à Frontignan (Hérault), le 19 novembre 2018.
Des "gilets jaunes" à Frontignan (Hérault), le 19 novembre 2018. (PASCAL GUYOT / AFP)