"Dieselgate" : Peugeot mis en examen en France après Renault et Volkswagen

Les trois constructeurs sont mis en examen dans l'enquête sur la fraude aux contrôles antipollution des anciennes générations de moteurs diesel.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le logo du constructeur Peugeot. (Photo d'illustration) (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Après Renault et Volkswagen, au tour de Peugeot. Le constructeur automobile français a également été mis en examen en France dans l'enquête sur la fraude aux contrôles antipollution des anciennes générations de moteurs diesel, a annoncé mercredi 9 juin dans la soirée Stellantis, la maison mère du constructeur.

"Deux autres filiales de Stellantis, Automobiles Citroën SA et FCA Italy SpA., seront auditionnées par les magistrats instructeurs, respectivement le 10 juin et en juillet, dans le cadre de la même information judiciaire", a précisé le groupe franco-italien.

Volkswagen a déjà payé 30 milliards d'euros

Renault et Volkswagen ont précédemment été mis en examen pour "tromperie" dans la même affaire que Peugeot. Le "Dieselgate", qui a donné lieu à des actions en justice dans de nombreux pays, a déjà coûté 30 milliards d'euros à Volkswagen, en grande partie aux Etats-Unis où le groupe allemand a plaidé coupable de fraude en 2017.

Le constructeur avait reconnu à l'automne 2015 avoir équipé 11 millions de ses véhicules diesel d'un logiciel capable de dissimuler des émissions dépassant parfois jusqu'à 40 fois les normes autorisées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Diesel

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.