VIDEO. La cascade de plans sociaux est déclenchée

PSA a ouvert le bal, d'autres vont suivre. Plusieurs entreprises s'apprêtent à réduire de manière drastique leurs effectifs.

François Miguet / France 2

Les plans sociaux - actés ou redoutés - se multiplient depuis deux mois, jusqu'au point culminant des 8 000 suppressions de postes annoncées, jeudi 12 juillet, par PSA Peugeot Citroën, le gouvernement accusant l'ex-majorité de les avoir masqués pendant la période électorale.

Le gouvernement est confronté aujourd'hui à de nombreuses menaces sur l'emploi dans tous les secteurs : le numéro un européen de la volaille, Doux (3 400 salariés), Bouygues Télécom (556 salariés) ou encore ArcelorMittal (200 à 300 emplois), Neo Security (5 000), Petroplus, Florange, Carrefour, ou encore le BTP (6 000 emplois menacés).

Un salarié du site PSA d\'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), le 12 juillet 2012, peu de temps après l\'annonce de la suppression de 8 000 emplois dans le groupe. 
Un salarié du site PSA d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), le 12 juillet 2012, peu de temps après l'annonce de la suppression de 8 000 emplois dans le groupe.  (MARTIN BUREAU / AFP)