PSA : Pour Montebourg, "le débat ne fait que commencer"

Le ministre du Redressement productif a critiqué mercredi "les allégations" de la direction du constructeur.

Francetv info

Le gouvernement le répète : il ne va pas laisser PSA Peugeot Citroën faire le plan annoncé de 8 000 suppressions de postes. Arnaud Montebourg est encore une fois monté au créneau mercredi 18 juillet. Sur France Inter, le ministre du Redressement productif a dénoncé "les allégations" de la direction du groupe automobile. "Le débat ne fait que commencer", a-t-il prévenu.

Il a également annoncé un soutien à la filière ciblé sur les "voitures propres" mais "avec des contreparties". Selon lui, l'Etat a une marge de manœuvre dans le dossier même si l'entreprise PSA est privée, car le secteur automobile reçoit de nombreuses aides des contribuables.

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, lors de la séance de questions au gouvernement, à l\'Assemblée nationale (Paris), le 17 juillet 2012.
Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, lors de la séance de questions au gouvernement, à l'Assemblée nationale (Paris), le 17 juillet 2012. (BERTRAND GUAY / AFP)