Cet article date de plus de sept ans.

PSA ne fermera pas d'usine en France d'ici 2016

Le constructeur automobile s'est aussi engagé à y réaliser pour 1,5 milliard d'euros d'investissements industriels.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'usine PSA Peugeot Citroën de Poissy (Yvelines), le 20 juin 2013. (F. GELEBART / 20 MINUTES / SIPA)

Aucune fermeture d'usine d'ici 2016. PSA Peugeot Citroën s'est engagé, mercredi 25 septembre, à "maintenir l'activité de toutes les usines terminales et organes mécaniques" en France d'ici trois ans et à y réaliser pour 1,5 milliard d'euros d'investissements industriels, dans le cadre des négociations avec les syndicats d'un "nouveau contrat social".

En échange des concessions demandées aux syndicats sur les salaires, la mobilité et l'organisation du travail, PSA prévoit en outre de produire environ un million de véhicules dans l'Hexagone sur la période 2014 à 2016 (contre environ 930 000 en 2013). Pour atteindre cet objectif, le groupe compte annoncer un lancement de véhicule sur chacune de ses usines françaises d'ici 2016, a annoncé Philippe Varin, président du directoire. PSA veut aussi porter à 100% le taux d'utilisation moyen de ses usines européennes d'ici quatre ans, contre 75% en 2012, et ramener tous ses sites à l'équilibre d'ici trois ans.

Deux mille contrats de génération prévus

Direction et syndicats français se rencontrent chaque semaine depuis la fin mai sur le "nouveau contrat social" que PSA aimerait voir adopté d'ici octobre afin d'améliorer sa compétitivité dans l'Hexagone. Les négociations ont porté jusqu'ici sur l'évolution des métiers, la mobilité et la gestion des fins de carrière pour les salariés les plus âgés, avec à la clé environ 2 000 embauches en alternance dans le cadre des contrats de génération.

La direction, qui a annoncé cet été une perte nette divisée par deux au premier semestre, avait proposé un quasi-gel des salaires en 2014 et des hausses limitées en 2015 et 2016. Le constructeur automobile a déjà engagé un vaste plan social face aux difficultés financières provoquées par sa forte exposition à un marché européen en berne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.